Britain is developing an electronic warfare


The Guardian newspaper revealed on Tuesday that Britain is developing a program for electronic warfare will give them the ability to meet the growing threats to its national security of cyberspace.
The newspaper said "The program will provide the capabilities required of Britain attacking options to combat the hackers who are targeting the critical services in the country and government departments.
And approved the British Minister of State for the Armed Forces Nick Harvey that the weapons program of electronic is an integral part of capacity-banned weapons in the United Kingdom, told the newspaper that "the work in cyberspace would be part of the battlefield in the future, on the basis of our need for tools of the new capabilities in this area, and this is what we are currently being developed. "
Although the specific nature of the electronic weapons being developed is still secret, but that the minister Harvey confirmed it will be subject to the same rules that apply to the deployment of other military assets.
He added that "digital networks are now in the heart of our networks and our transportation systems and our contacts, so the consequences of any attack against our infrastructure, digital can be disastrous, with the spread of nuclear weapons and germ, so you can be the finger that hovers over the button to attack any of the state to students. "
The newspaper reported that the British Cabinet and the focus of Internet security in a security command center known as tapping government communications, driving the draft program of electronic warfare, with the possible participation of the Ministry of Defense which in the future.


(UPI)


Grande-Bretagne est l'élaboration d'une guerre électronique

Le journal The Guardian a révélé mardi que la Grande-Bretagne est l'élaboration d'un programme de guerre électronique leur donnera la capacité de répondre aux menaces croissantes à sa sécurité nationale du cyberespace.
Le journal a déclaré: "Le programme fournira les capacités requises de la Grande-Bretagne attaque options pour lutter contre les pirates qui ciblent les services essentiels dans les départements du pays et le gouvernement.
Et a approuvé le ministre d'Etat britannique pour le Harvey Forces armées Nick que le programme d'armement du commerce électronique est une partie intégrante des armes de renforcement des interdits au Royaume-Uni, a déclaré au journal que «le travail dans le cyberespace ferait partie du champ de bataille à l'avenir, sur la base de notre besoin d'outils des nouvelles capacités dans ce région, et c'est ce que nous sommes en cours de développement. "
Bien que la nature spécifique des armes électroniques en cours de développement est encore secret, mais que le ministre Harvey a confirmé qu'il sera soumis aux mêmes règles qui s'appliquent à la mise en place d'autres moyens militaires.
Il a ajouté que "les réseaux numériques sont aujourd'hui au cœur de nos réseaux et nos systèmes de transport et de nos contacts, de sorte les conséquences de toute attaque contre notre infrastructure, numériques peuvent être désastreuses, avec la prolifération des armes nucléaires et le germe, ainsi vous pouvez être le doigt qui plane sur le bouton pour attaquer tout de l'état aux étudiants. "
Le journal a rapporté que le cabinet britannique, l'accent de la sécurité Internet dans un centre de commandement de sécurité connu sous le nom tapant les communications du gouvernement, de conduire le projet de programme de la guerre électronique, avec la participation éventuelle du ministère de la Défense qui, dans l'avenir.


(UPI)

Goblin small city Hurricane victims toll rose to 142 dead

The number of victims of the hurricane that swept through the small


goblin city, Missouri, central United States six days ago to 142 people, the municipality also announced on the eve of the visit of President Barack Obama to the city.
Among the new victims is a boy named Will Norton, who washed the hurricane from his father's car while returning from a party receiving the degree. A spokeswoman for the municipal Aohnstot Lin told AFP that "This is saddened."
It is scheduled to attend Sunday mass at Obama's mortuary for the victims of this hurricane after returning from a European tour lasted five days. Rescue teams are still trying to find the missing in the rubble six days after the storm.
The authorities noted that a large number of people who were reported missing were on the list of victims. However, the relatives of the victims were prevented from going to the morgue in the hospital because the authorities opted to apply the system to identify the bodies depends on the DNA test, fingerprints, saying that the recognition given the bodies "is not sure 100%," which angered some families.
Sharyn Dawson said that "her mother, aged 74, lost her apartment after it was destroyed completely." I do not want to join dissatisfied with the proceedings but I want to know what happened to her. "
According to recent estimates that about eight thousand buildings were damaged by the passage of the hurricane on Sunday last. The hurricane, which winds through 320 km per hour, devastated in an area of ​​6.4 km and display more than one km.
The governor of Missouri, Jay Nixon, "The removal of debris pose a formidable task, and requested the assistance of the National Guard." The hurricane damage valued at between one billion and three billion dollars, according to an estimate of the company specialized Aikikat excluding property insured.
As evidence of the chaos in this city of fifty thousand inhabitants, noted the police chief of the Wayne Roberts to the 17 people questioned on charges of looting.
At the end of April, the hurricanes hit the southeastern United States, leaving 354 people dead. Was considered the deadliest hurricane to hit the area in about a century.


(Agencies)






Des scientifiques suédois autant que les êtres humains à échanger avec les chiens dans le millénaire passé à travers les éléments génétiques du virus. Le site Web, "Live Science" que le virus américain, «ART», notamment le virus VIH, le SIDA », capable de transférer des éléments génétiques dans le corps de l'hôte.
Considéré comme le virus de retour du peloton même Elvirossiat Alrebonip enzyme génome et virale appelée inversion de sortie transcriptase inverse qui copie les génomes de formule inverse l'acide Alreboni (ARN) à l'acide Alokreboni (ADN)), et les implique dans les génomes de la cellule.
Et délibérément par des chercheurs de Suède à analyser la première série de facteurs génétiques, lorsque les mangeurs de viande, et que dans le corps d'un chien, seulement pour découvrir des virus Gahgarip ne représentent que 0,15% du génome à la chienne, ou 6 fois moins que chez les humains. Ils ont conclu que les chiens ont de meilleurs mécanismes pour la protection des droits des facteurs génétiques sont un groupe de rétrovirus.
Les chercheurs ont découvert un nouvel ensemble de matériel thérapeutique virale chez les chiens semblables dans une large mesure à ceux des humains. Il semble que le groupe a balayé le génome chez les chiens récemment, indiquant que les chiens et les humains ramassé les bactéries en raison de la proximité de cours du dernier millénaire.
Cependant, les chercheurs ont indiqué clairement qu'ils veulent encore faire des recherches supplémentaires afin de découvrir comment se protéger des chiens aux rétrovirus.


(Agences)

Egypt detains an Iranian in the diplomatic mission !


Egyptian authorities arrested an Iranian working in the diplomatic mission of Iran in Cairo "to move information," and sources Security Officers arrested the man last week and the charge against him, but without giving details of his diplomatic status, or his name, what she said Egyptian Foreign Ministry that it had no immediate information on this issue. The Egyptian Foreign Minister Nabil el-Arabi said after his meeting with Iranian officials in Cairo in April for his country's readiness to resume diplomatic ties in a shift in policy since the fall of deposed President Hosni Mubarak in February.
This arrest is a potential setback for the Egyptian-Iranian relations improved, which cut between the two sides after the Islamic revolution in Iran and Egypt's recognition of Israel, but despite the absence of full diplomatic relations between the two of them for every mission by diplomats, the capital of the other State. In the meantime, resumed the Kuwaiti Ambassador in Iran, Magdi Ahmed Ibrahim zafira Saturday after an exchange activity on both sides of Kuwait and the expulsion of Iranian diplomats in March last year following the announcement of the discovery of Kuwait spy network in Iran.
According to the Iranian news agency "IRNA that" the Kuwaiti ambassador, who was appointed in 2001, returned Thursday to Tehran after he left two months ago in the wake of the provisions issued by a Kuwaiti court on two Iranians and a Kuwaiti accused of being an Iranian spy network. The other hand, Iran's new ambassador arrived in Kuwait, the Spirit of God Qahremani Jabk Monday to Kuwait City to start his duties. And Foreign Minister Ali Akbar Salehi, Iran during a visit to Kuwait on 18 May that the current Iran and Kuwait have agreed to return their ambassadors to the headquarters of their work.


L'Egypte détient un Iranien à la mission diplomatique
autorités égyptiennes ont arrêté un groupe de travail iranienne dans la mission diplomatique de l'Iran au Caire "faire circuler l'information», et les sources responsables de la sécurité ont arrêté l'homme la semaine dernière et l'accusation portée contre lui, mais sans donner de détails de son statut diplomatique, ou de son nom, ce qu'elle a dit égyptien des Affaires étrangères Ministère qu'elle n'avait aucune information immédiate sur cette question. Le ministre égyptien des Affaires étrangères Nabil el-Arabi a déclaré après sa rencontre avec des responsables iraniens au Caire en avril pour son pays était prêt à reprendre des relations diplomatiques en un changement de politique depuis la chute du destitué le président Hosni Moubarak en Février.
Cette arrestation est un échec potentiel pour les relations égypto-iraniennes améliorée, ce qui réduit entre les deux parties après la révolution islamique en reconnaissance l'Iran et l'Egypte d'Israël, mais en dépit de l'absence de relations diplomatiques entre les deux d'entre eux pour chaque mission par des diplomates, la capitale de l'autre Etat. Dans l'intervalle, reprend l'ambassadeur du Koweït en Iran, Magdi Ahmed Ibrahim zafira samedi après une activité d'échange sur les deux côtés du Koweït et de l'expulsion de diplomates iraniens en Mars l'année dernière après l'annonce de la découverte du réseau d'espionnage en Iran Koweït.
Selon l'agence de nouvelles iranienne "IRNA que« l'ambassadeur du Koweït, qui a été nommé en 2001, est retourné jeudi à Téhéran après avoir quitté il ya deux mois dans le sillage des dispositions émises par un tribunal koweïtien sur deux Iraniens et un Koweïtien accusé d'être un réseau d'espionnage iranien. D'autre part, le nouvel ambassadeur de l'Iran est arrivé au Koweït, l'Esprit de Dieu Qahremani lundi à Koweït City Jabk de démarrer ses fonctions. Et ministre des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi, l'Iran lors d'une visite au Koweït le 18 mai que l'actuel Iran et le Koweït ont convenu de renvoyer leurs ambassadeurs au siège de leur travail.

Mubarak Trial will be in Cairo !



Newspaper (Al-Ahram) mentioned that the trial of Egyptian President Hosni Mubarak, the former will be in Cairo, and there is no intention to hold hearings within a hospital Sharm el-Sheikh. The (Al-Ahram), based on information, "that the holding of hearings in Cairo is due to the presence of other defendants, judges will be selected to felonies with the former president in the same case are his two sons, Alaa and Gamal Mubarak, Hussein Salem. Will issue a decision soon transfer Mubarak to Cairo, where he is still undergoing treatment in hospital and his condition is stable. "
The newspaper added that "the law gives the power to the Minister of Justice, Counselor Mohammed Abdulaziz soldier to pass a resolution which determines the place where it will be tried under the state of security chaos in the courts." She added that it "is expected to be the place in one of the courts in the area east of Cairo, and will be secured in an unconventional way, and will determine the President of the Cairo Court of Appeal Chamber, which will trial Mubarak, and will take the Chancellor Abdel Meguid Mahmoud Attorney General's legal action the transfer of the former president, or not transferred to prison hospital Tura will build on what the reports sent by the medical committee. "
Explained (Al-Ahram) that "the medical committee of professors of universities in Cairo, Ain Shams and Al-Azhar and medical services to the armed forces will be taken to a hospital prison farm within hours to conduct the inspection and determine the viability of the hospital to receive care situations, and its equipment and medical equipment. Will be submitted a comprehensive report to the Attorney General includes the conclusion of the Committee of the comprehensive medical examination in the case of Mubarak, the hospital and the decision will be issued by the Attorney-General in accordance with the law and with full transparency and objectivity, such as all the actions taken in this regard. "


Moubarak De première instance sera au Caire


Journal (Al-Ahram) que le procès du président égyptien Hosni Moubarak, le premier qui sera au Caire, et il n'y a pas l'intention de tenir des audiences dans un hôpital de Charm el-Cheikh. Le (Al-Ahram), basée sur l'information », que la tenue d'audiences au Caire est due à la présence d'autres accusés, les juges seront choisis pour crimes avec l'ancien président dans la même affaire sont ses deux fils, Alaa et Gamal Moubarak, Hussein Salem. Rendra une décision dès le transfert de Moubarak au Caire, où il est encore sous traitement à l'hôpital et son état est stable. "
Le journal a ajouté que «la loi donne le pouvoir au ministre de la Justice, Mohammed Abdulaziz soldat conseiller d'adopter une résolution qui détermine le lieu où il sera jugé en vertu de l'état de chaos sécuritaire dans les tribunaux." Elle a ajouté qu'elle "devrait être le lieu dans l'un des tribunaux dans la région est du Caire, et sera garanti de façon non conventionnelle, et déterminera le Président de la Cour d'appel du Caire Chambre, où le procès aura Moubarak, et prendra les mesures juridiques le chancelier Abdel Meguid Mahmoud procureur général le transfert de l'ancien président, ou pas transféré à l'hôpital pénitentiaire Tura s'appuiera sur ce que les rapports envoyés par le comité médical. "
Expliqué (Al-Ahram) que «la commission médicale de professeurs d'universités du Caire, Ain Shams et Al-Azhar et les services médicaux des forces armées sera emmené dans une ferme prison-hôpital dans les heures à effectuer l'inspection et de déterminer la viabilité de l'hôpital pour recevoir des situations de soins, et de son équipement et de matériel médical. Sera présenté un rapport complet au procureur général comprend la conclusion de la commission de l'examen médical complet dans le cas de Moubarak, l'hôpital et la décision sera rendue par le procureur général, conformément à la loi et en toute transparence et objectivité, comme toutes les actions prises à cet égard. "

Canada On Fire !

forest fires fueled by strong winds Destroyed more than a third major town in northern Alberta on Monday and forced the oil companies in the largest oil producing province in Canada to stop the production of tens of thousands of barrels of oil.
Broke out, dozens of forest fires in various parts of the province during the dry atmosphere and a storm early this week, causing the evacuation of several communities including Slave Lake, a town where ten thousand people in northern Alberta.
Karina Pillay said Kenny mayor Slave Lake "Many of the houses and some public buildings were destroyed." She was speaking to reporters from a command center in the town, about 200 miles to the north-west of the capital of Alberta, Edmonton. The town was deserted except emergency teams.
Pillay said Kenny, "You feel strongly free and sharp smell of smoke, and the view of some areas is still emitting smoke and fire-fighting crews trying to contain any fires."
The fires have forced oil companies to stop production and in some cases, the evacuation of workers.

les incendies de forêt alimenté par des vents violents a détruit plus d'un troisième ville importante dans le nord de l'Alberta, le lundi et forcé les compagnies pétrolières dans la plus grande province productrice de pétrole au Canada d'arrêter la production de dizaines de milliers de barils de pétrole.
À Broke, des dizaines de feux de forêt dans diverses régions de la province au cours de l'atmosphère sèche et une tempête en début de semaine, provoquant l'évacuation de plusieurs communautés, notamment à Slave Lake, une ville où dix mille personnes dans le nord de l'Alberta.
Karina a déclaré Mme Pillay Kenny maire lac des Esclaves "Beaucoup de maisons et quelques bâtiments publics ont été détruits." Elle parlait à des journalistes à partir d'un centre de commandement dans la ville, à environ 200 miles au nord-ouest de la capitale de l'Alberta, Edmonton. La ville était déserte à l'exception des équipes d'urgence.
Pillay a dit Kenny, «Vous vous sentez une odeur fortement libre et forte de la fumée, et la vue de certaines zones est encore avec émission de fumée et de lutte contre l'incendie équipes tentent de contenir tous les incendies."
Les incendies ont forcé les compagnies pétrolières d'arrêter la production et, dans certains cas, l'évacuation des travailleurs.

After the death of Osama Ben Laden

Bullet Revenge, "from the standpoint of Washington, or" mercy bullet "concept of public and humanitarian rolling, triggered by a men commando U.S. bin Laden's head a week ago, blew up in return," truce "is declared between the United States and MEMBERSHIP" Al Qaeda ", which is preparing, as announced by its leaders and indicate to him the reports of Western and Arab security, to redouble their terrorist operations, selective and vindictive, too, in the international arena, and in a manner particularly threatening to U.S. security and political and economic interests around the world.
What is certain even now that the U.S. administration has succeeded in revenge for the thousands of victims, from the U.S. and different nationalities, were killed following the bombing of the World Trade Center in New York on atheist th of September 2001, I stood on those described as the "enemy of the nation's first and most serious in U.S. history contemporary, "continued chasing after nine years and seven months, during which he fell into many of the top aide to bin Laden's security and military personnel deployed around the world.
But certain also, that the killing of bin Laden will not end war, many forms and faces security, information, psychological and intelligence, between the State has made itself the sole superpower in the world, and the network Irahbip "spawned" on its example branches Organization has various types of sophisticated arms, and was able in twenty years Last, the "engineer" the place of terrorist operations and implementation of precision and skill in many capitals, and consistent with their interests, objectives and strategies in the short and long term, and thus threaten the security and global stability.
In this context, she analyzes and reports of the Western and Arab countries following the death of bin Laden, that such a serious event, you may proceed to the doors to "Al Qaeda" and her sisters, to intensify the selective strikes in retaliation for the killing of its leader. They noted the reports to the possession of these organizations fortunes and modern weapons and hundreds of military experts who have experienced wars regular major gang wars close-up, and tens of thousands of pro-parts of the world four, waiting for a "zero hour" and orders of the new leader, and most likely orders of their leaders the new, to implement the strike of the Court within United States and abroad.
The fact is, that the killing of the leader of "Al Qaeda", and throw his body into the sea, "it becomes his tomb to a shrine sacred to his followers," according to the American novel, a President Barack Obama and his administration in a battle like a "play with the wolves." As well as the American people, who turned more than ever to target fixed for the "Al Qaeda". This on the one hand, on the other hand, must be recognized that the bullet that U.S. commandos targeted bin Laden's head and toppled him through several failed attempts over the past ten years, as rumors spread during that period with its allies, and adversaries alike. And it has a very long arm capable of catching its enemies no matter how long, and has kept the spaces, and they fulfilled that promise, warning at the same time, that any attack on its territory and its citizens, will face his companions, strongly and in appropriate ways.
This is the mouthpiece of Obama today, just as the tongue of his predecessor, President George W. Bush. However, this overconfidence, including in respect of the positions of sharp, do not deny that the death of bin Laden does not mean the end of "Al Qaeda", and is embraced by the leaders and the leaders and officials distributed to the world, east and west, north and south. On top of them, Ayman al-Zawahiri, the Egyptian surgeon who is described as "right-hand man" of bin Laden and most close to him, as well as that the "engineer" the biggest of many terrorist operations, especially the destruction of the twin towers of New York, and what makes him more fortunate to lead the organization. Taking into account, that "Al Qaeda" itself distributions to the "rules" of several independent, each with its objectives and orientations. There are, for example, "base" of North Africa from Morocco, which constitute a real and present danger for each of the Mali and Mauritania .. This means that the liquidation of bin Laden would not have much effect on its operations in that region. It is true that "terrorists" North Africa revere their leader, the late Mlhmanm they see as the biggest, but at the same time enjoy the autonomy of the "base" of the mother. So, too, if "Al Qaeda" in Yemen, where has the "emir," Ali al-Awlaki full freedom for the payment of strikes in the place and circumstance appropriate, so far, it appears that al-Awlaki "suspended" its operations at present pending the Stffersh revolution Sana, whether in terms of the new system, mother of a return to the division of Yemen, and where is the safest position in Aden.
Also, according to the reports themselves, was the killing of bin Laden in 2002 or 2003, as reported in a timely manner, to reflect the greater importance. In that period, he had a "Al Qaeda" greater respect and acceptance distinctive in several countries, especially in Pakistan, where the man in the street is considered bin Laden an outlet of the system Dictaori corrupt. But with the passage of time, this view has changed to its opposite. For example, disappeared from the markets of Pakistan and neighboring countries, which were T-shirts bearing his image, although some remained is Bin Laden's most powerful leader of the fight against America, but this also disappeared, probably to never return. Faded image of the leader of "Al Qaeda" in recent years, and the belief that prevailed for a long time in Pakistan, Afghanistan and Yemen, said the man "hero of Islam" in the current circumstances, it quickly turned into a "enemy of Islam" First, just as they considered it circles the U.S., and especially that the operations planned by the New York and beyond, the lives of Muslims fell by ninety percent, and were distributed among the remaining ten on the United States and European countries.
The United States ended a part of its mission, leaving the follow-up started, and reach a result of killing bin Laden, to get information to enable them to chase Zahrawi and other senior officials in the terrorist network, whether in Pakistan or around the world. And discover at the same time the financial networks that provide the "base" and her sisters bank balances of money, enabling them to move forward in terrorizing the world. And even able to do so, Left on Washington to put her hand on the "computers" Bin Laden's, has all his secrets, including the financial, military, intelligence and close relatives of our men and Alabaadin.
Revenge Bullet, "du point de vue de Washington, ou" bullet miséricorde "concept de matériel public et humanitaire, déclenchée par la tête d'un des hommes du commando américain de Ben Laden il ya une semaine, a explosé en retour,« trêve »est déclarée entre les États-Unis et ADHÉSION "Al Qaïda", qui se prépare, comme annoncé par ses dirigeants et de lui indiquer les rapports de sécurité occidentaux et arabes, à redoubler d'opérations terroristes, sélective et vindicatif, aussi, sur la scène internationale, et d'une manière particulièrement menaçant à la sécurité des États-Unis et les intérêts politiques et économiques dans le monde entier.
Ce qui est certain, même maintenant que l'administration américaine a réussi à se venger pour les milliers de victimes, des États-Unis et de différentes nationalités, ont été tués après l'attentat contre le World Trade Center à New York le e athée de Septembre 2001, je me tenais sur les décrit comme «l'ennemi de la nation la première et la plus grave de l'histoire américaine contemporaine», a poursuivi courir après neuf ans et sept mois, au cours de laquelle il est tombé dans de nombreux proche collaborateur de Ben sécurité Laden et le personnel militaire déployé dans le monde entier.
Mais certains aussi, que le meurtre de Ben Laden ne sera pas fin à la guerre, de nombreuses formes et les visages de sécurité, information, psychologiques et de l'intelligence, entre l'Etat a fait de lui-même la seule superpuissance dans le monde, et le réseau Irahbip "engendré" sur son exemple branches Organisation dispose de différents types d'armes sophistiquées, et a pu en vingt dernières années, la «ingénieur» du lieu des opérations terroristes et la mise en œuvre de précision et de compétences dans de nombreuses capitales, et conforme à leurs intérêts, objectifs et stratégies à court et à long terme, et donc menacer la sécurité et la stabilité mondiale.
Dans ce contexte, elle analyse et les rapports des pays occidentaux et arabes après la mort de Ben Laden, qu'un tel événement grave, vous pouvez procéder à la porte à «Al Qaïda» et ses sœurs, d'intensifier les frappes sélectives en représailles à l'assassinat de son leader. Ils ont noté les rapports à la possession de ces fortunes des organisations et des armes modernes et des centaines d'experts militaires qui ont connu des guerres régulières guerres de gangs majeurs close-up, et des dizaines de milliers de pro-parties du monde à quatre, en attente d'une «heure zéro "et les ordres du nouveau chef, et la plupart des commandes susceptibles de leurs chefs de la nouvelle, à mettre en œuvre la grève de la Cour au sein des États-Unis et à l'étranger.
Le fait est, que le meurtre du chef de «Al Qaïda», et jeter son corps dans la mer ", il devient son tombeau à un temple sacré à ses disciples", selon le roman américain, un président Barack Obama et son l'administration dans une bataille comme un «jeu avec les loups." Ainsi que le peuple américain, qui se sont plus que jamais d'objectif fixé pour le "Al Qaïda". Ce, d'une part, d'autre part, il faut reconnaître que la balle que des commandos américains ciblés tête de Ben Laden et lui a renversé à travers plusieurs tentatives infructueuses au cours des dix dernières années, comme répandre des rumeurs au cours de cette période avec ses alliés, tout comme ses adversaires . Et il a un bras très long capable d'attraper ses ennemis, peu importe combien de temps, et a gardé les espaces, et ils ont rempli cette promesse, un avertissement dans le même temps, que toute attaque sur son territoire et ses citoyens, fera face à ses compagnons, fermement et de manière appropriée.
C'est le porte-parole de Barack Obama aujourd'hui, tout comme la langue de son prédécesseur, le président George W. Bush. Toutefois, cette excès de confiance, y compris en ce qui concerne les positions de Sharp, ne nie pas que la mort de Ben Laden ne signifie pas la fin de "Al Qaïda", et est utilisée par les dirigeants et les dirigeants et les fonctionnaires répartis dans le monde, est et ouest, nord et sud. En plus d'entre eux, Ayman al-Zawahiri, le chirurgien égyptien qui est décrit comme «bras droit» de Ben Laden et le plus près de lui, ainsi que celle de «l'ingénieur» le plus grand de nombre d'opérations terroristes, notamment la destruction des tours jumelles de New York, et ce qui le rend plus heureux à diriger l'organisation. Tenant compte, que «Al Qaeda» lui-même des distributions aux «règles» de plusieurs indépendants, chacun avec ses objectifs et ses orientations. Il ya, par exemple, "base" d'Afrique du Nord du Maroc, qui constituent un danger réel et présent pour chacun des Mali et la Mauritanie .. Cela signifie que la liquidation de Ben Laden n'aurait pas beaucoup d'effet sur ses activités dans cette région. Il est vrai que des "terroristes" en Afrique du Nord vénèrent leur chef, le Mlhmanm fin qu'ils considèrent comme le plus grand, mais en même temps jouir de l'autonomie de la «base» de la mère. De même, si «Al Qaïda» au Yémen, où a l '«émir», Ali al-Awlaki toute liberté pour le paiement de la grève dans le lieu et les circonstances appropriées, pour autant, il semble que al-Awlaki "suspendu" ses opérations à l'heure actuelle en attendant la révolution Stffersh Sana, que ce soit en termes du nouveau système, la mère d'un retour à la division du Yémen, et où est la position la plus à Aden.
En outre, selon les rapports eux-mêmes, a été l'assassinat de Ben Laden en 2002 ou 2003, comme indiqué dans les meilleurs délais, afin de refléter la plus grande importance. Dans cette période, il avait un "Al Qaïda" un plus grand respect et l'acceptation distinctif dans plusieurs pays, notamment au Pakistan, où l'homme de la rue est considérée comme Ben Laden une sortie du système Dictaori corrompus. Mais avec le passage du temps, ce point de vue a changé à son contraire. Par exemple, a disparu des marchés du Pakistan et des pays voisins, qui ont été T-shirts à son effigie, bien que certains sont restés est le leader le plus puissant de Ben Laden de la lutte contre l'Amérique, mais cela aussi a disparu, probablement pour ne jamais revenir. Faded image du chef de «Al Qaïda» ces dernières années, et la conviction qui a prévalu pendant longtemps au Pakistan, en Afghanistan et au Yémen, dit l'homme «héros de l'Islam" dans les circonstances actuelles, il s'est rapidement transformée en un ennemi " de l'Islam "Premièrement, tout comme il a estimé que les milieux les États-Unis, et surtout que les opérations prévues par le New York et au-delà, la vie des musulmans a diminué de quatre-vingt dix pour cent, et ont été distribués parmi les dix autres sur les États-Unis et les pays européens .
Les États-Unis ont terminé une partie de sa mission, laissant le suivi a débuté, et parvenir à un résultat de tuer Ben Laden, pour obtenir des informations pour leur permettre de chasser Zahrawi et d'autres hauts fonctionnaires dans le réseau terroriste, que ce soit au Pakistan ou autour de la monde. Et découvrez en même temps, les réseaux financiers qui fournissent la "base" et sa banque sœurs soldes d'argent, leur permettant d'aller de l'avant à terroriser le monde. Et même en mesure de le faire, à gauche sur Washington pour mettre la main sur le "ordinateurs" de Ben Laden, a tous ses secrets, y compris financières, militaires, de renseignement et proches parents de nos hommes et nos Alabaadin.

Osama Bin Laden story from the very beginning tell his death in pictures !





Osama bin Mohammed bin Awad bin Laden ( /oʊˈsɑːmə bɪn ˈlɑːdən/; Arabic: أسامة بن محمد بن عوض بن لادن‎, ʾUsāmah bin Muḥammad bin ʿAwaḍ bin Lādin; March 10, 1957 – May 2, 2011note a) was the founder of al-Qaeda, the terrorist organization responsible for the September 11 attacks on the United States and numerous other mass-casualty attacks against civilian and military targets. He was a member of the wealthy Saudi bin Laden family, and an ethnic Yemeni Kindite.

Bin Laden was on the American Federal Bureau of Investigation's (FBI) lists of Ten Most Wanted Fugitives and Most Wanted Terrorists for his involvement in the 1998 U.S. embassy bombings. From 2001 to 2011, bin Laden was a major target of the War on Terror.

After being placed on the FBI's Most Wanted list, bin Laden remained in hiding during three U.S. presidential administrations. On May 2, 2011, bin Laden was shot and killed inside a private residential compound in Abbottabad, Pakistan, by U.S. Navy SEALs in a covert operation ordered by U.S. President Barack Obama. Shortly after his death, bin Laden's body was buried at sea. Al-Qaeda acknowledged his death on May 6, 2011, vowing to retaliate.[
Osama Childhood Education and Personal life
Osama bin Mohammed bin Awad bin Laden ( /oʊˈsɑːmə bɪn moʊˈhɑːmɪd bɪn əˈwɑːd bɪn ˈlɑːdən/) was born in Riyadh, Saudi Arabia, a son of Mohammed bin Awad bin Laden, a wealthy businessman with close ties to the Saudi royal family, and Mohammed bin Laden's tenth wife, Hamida al-Attas (then called Alia Ghanem). In a 1998 interview, bin Laden gave his birth date as March 10, 1957.

Mohammed bin Laden divorced Hamida soon after Osama bin Laden was born. Mohammed recommended Hamida to Mohammed al-Attas, an associate. Al-Attas married Hamida in the late 1950s or early 1960s. The couple had four children, and bin Laden lived in the new household with three half-brothers and one half-sister.

Bin Laden was raised as a devout Wahhabi Muslim. From 1968 to 1976, he attended the élite secular Al-Thager Model School. He studied economics and business administration at King Abdulaziz University. Some reports suggest he earned a degree in civil engineering in 1979, or a degree in public administration in 1981. One source described him as "hard working", another said he left university during his third year without completing a college degree. At university, bin Laden's main interest was religion, where he was involved in both "interpreting the Quran and jihad" and charitable work. Other interests included writing poetry; reading, with the works of Field Marshal Montgomery and Charles de Gaulle said to be among his favorites; black stallions; and football, in which he enjoyed playing at centre forward and followed the fortunes of Arsenal F.C..

In 1974, at the age of 17, bin Laden married Najwa Ghanem at Latakia; they were divorced before September 11, 2001. Bin Laden's other known wives were: Khadijah Sharif (married 1983, divorced 1990s), Khairiah Sabar (married 1985), Siham Sabar (married 1987), and Amal al-Sadah (married 2000). Some sources also list a sixth wife, name unknown, whose marriage to bin Laden was annulled soon after the ceremony. Bin Laden fathered between 20 and 26 children with his wives. Many of bin Laden's children fled to Iran following the September 11 attacks and as of 2010 Iranian authorities reportedly continue to control their movement.

Bin Laden's father Mohammed died in 1967 in an airplane crash in Saudi Arabia when his American pilot misjudged a landing. Bin Laden's eldest half-brother, Salem bin Laden, the subsequent head of the bin Laden family, was killed in 1988 near San Antonio, Texas, in the United States, when he accidentally flew a plane into power lines.

The FBI described bin Laden as an adult as tall and thin, between 6 ft. 4 in and 6 ft. 6 in. (193–198 cm) in height and weighing about 165 pounds (75 kg). Interviewer Lawrence Wright, on the other hand, described him as quite slender, but not particularly tall.Bin Laden had an olive complexion and was left-handed, usually walking with a cane. He wore a plain white turban and he had stopped wearing the traditional Saudi male headdress. Bin Laden was described as soft-spoken and mild-mannered in demeano

  Osama Ideology
 
According to former CIA analyst Michael Scheuer, who led the CIA's hunt for Osama Bin Laden, the al-Qaeda leader was motivated by a belief that U.S. foreign policy has oppressed, killed, or otherwise harmed Muslims in the Middle East,condensed in the phrase "They hate us for what we do, not who we are."

Bin Laden also said only the restoration of Sharia law would "set things right" in the Muslim world, and that alternatives such as "pan-Arabism, socialism, communism, democracy" must be opposed.This belief, in conjunction with violent jihad, has sometimes been called Qutbism after being promoted by Sayyid Qutb. Bin Laden believed that Afghanistan, under the rule of Mullah Omar's Taliban, was "the only Islamic country" in the Muslim world.Bin Laden consistently dwelt on the need for violent jihad to right what he believed were injustices against Muslims perpetrated by the United States and sometimes by other non-Muslim states, the need to eliminate the state of Israel, and the necessity of forcing the United States to withdraw from the Middle East. He also called on Americans to "reject the immoral acts of fornication, homosexuality, intoxicants, gambling, and usury", in an October 2002 letter.
Bin Laden's ideology included the idea that innocent civilians, including women and children, are legitimate targets of jihad.
Bin Laden was anti-Semitic, and delivered warnings against alleged Jewish conspiracies: "These Jews are masters of usury and leaders in treachery. They will leave you nothing, either in this world or the next."
 Shia Muslims have been listed along with "heretics, […] America, and Israel" as the four principal "enemies of Islam" at ideology classes of bin Laden's al-Qaeda organization.

Bin Laden opposed music on religious grounds, and his attitude towards technology was mixed. He was interested in "earth-moving machinery and genetic engineering of plants" on the one hand, but rejected "chilled water" on the other.

His viewpoints and methods of achieving them had led to him being designated as a terrorist by scholars, journalists from The New York Times, the BBC, and Qatari news station Al Jazeera, analysts such as Peter Bergen, Michael Scheuer, Marc Sageman, and Bruce Hoffman and he was indicted on terrorism charges by law enforcement agencies in Madrid, New York City, and Tripoli.

Bin Laden's overall strategy against much larger enemies such as the Soviet Union and United States was to lure them into a long War of Attrition in Muslim countries, attracting large numbers of jihadists who would never surrender. He believed this would lead to economic collapse of the enemy nation. Al-Qaeda manuals clearly outline this strategy. The Soviet Union collapsed following years of fighting in Afghanistan, and several prominent authors have stated that the United States was on the verge of suffering the same fate, losing countless trillions of dollars to the ongoing conflict. In this sense, some have credited bin Laden as the one person who was successful in his fight against both of the world superpowers
Militant Activity
After leaving college in 1979, bin Laden arrived to Pakistan and joined Abdullah Azzam to take part in the Soviet war in Afghanistan. During Operation Cyclone from 1979 to 1989, the United States provided financial aid and weapons to the mujahideen leaders through Pakistan's Inter-Services Intelligence (ISI). Bin Laden met and built relations with Hamid Gul, who was a three star general in the Pakistani army and head of the ISI agency. Although the United States provided the money and weapons, the training of militant groups was entirely done by the Pakistani Armed Forces and the ISI.

By 1984, bin Laden and Azzam established Maktab al-Khidamat, which funneled money, arms and fighters from around the Arab world into Afghanistan. Through al-Khadamat, bin Laden's inherited family fortune paid for air tickets and accommodation, paid for paperwork with Pakistani authorities and provided other such services for the jihadi fighters. Bin Laden established camps inside Khyber Pakhtunkhwa in Pakistan and used it to train volunteer fighters against the Democratic Republic of Afghanistan. It was during his time in Pakistan that he began wearing camouflage-print jackets and carrying a Russian-made assault rifle.
FORMATION OF AL-QAEDA
By 1988, bin Laden had split from Maktab al-Khidamat. While Azzam acted as support for Afghan fighters, bin Laden wanted a more military role. One of the main points leading to the split and the creation of al-Qaeda was Azzam's insistence that Arab fighters be integrated among the Afghan fighting groups instead of forming a separate fighting force. Notes of a meeting of bin Laden and others on August 20, 1988, indicate al-Qaeda was a formal group by that time: "Basically an organized Islamic faction, its goal is to lift the word of God, to make His religion victorious." A list of requirements for membership itemized the following: listening ability, good manners, obedience, and making a pledge (bayat) to follow one's superiors.
According to Wright, the group's real name was not used in public pronouncements because "its existence was still a closely held secret". His research suggests that al-Qaeda was formed at an August 11, 1988, meeting between "several senior leaders" of Egyptian Islamic Jihad, Abdullah Azzam, and bin Laden, where it was agreed to join bin Laden's money with the expertise of the Islamic Jihad organization and take up the jihadist cause elsewhere after the Soviets withdrew from Afghanistan. Following the Soviet Union's withdrawal from Afghanistan in February 1989, Osama bin Laden returned to Saudi Arabia in 1990 as a hero of jihad, who along with his Arab legion "had brought down the mighty superpower" of the Soviet Union.

The Iraqi invasion of Kuwait under Saddam Hussein on August 2, 1990, put the Saudi kingdom and the House of Saud at risk, with Iraqi forces on the Saudi border and Saddam's appeal to pan-Arabism potentially inciting internal dissent. Bin Laden met with King Fahd, and Saudi Defense Minister Sultan, telling them not to depend on non-Muslim assistance from the United States and others, offering to help defend Saudi Arabia with his mujahideen. Bin Laden's offer was rebuffed, and after the Saudi monarchy invited the deployment of U.S. troops in Saudi territory, Bin Laden publicly denounced Saudi Arabia's dependence on the U.S. military. Bin Laden believed the presence of foreign troops in the "land of the two mosques" (Mecca and Medina) profaned sacred soil. Bin Laden's criticism of the Saudi monarchy led that government to attempt to silence him.

Shortly after Saudi Arabia invited U.S. troops into Saudi Arabia, bin Laden turned his attention to attacks on the West. On November 8, 1990, the FBI raided the New Jersey home of El Sayyid Nosair, an associate of al-Qaeda operative Ali Mohamed, discovering copious evidence of terrorist plots, including plans to blow up New York City skyscrapers. This marked the earliest discovery of al-Qaeda terrorist plans outside of Muslim countries.Nosair was eventually convicted in connection to the 1993 World Trade Center bombing, and later admitted guilt for the murder of Rabbi Meir Kahane in New York on November 5, 1990.

Bin Laden continued to speak publicly against the Saudi government for harboring American troops, for which the Saudis banished him. He went to live in exile in Sudan, in 1992, in a deal brokered by Ali Mohamed.

OSAMA AND SUDAN
In Sudan, bin Laden established a new base for mujahideen operations in Khartoum. He bought a house on Al-Mashtal Street in the affluent Al-Riyadh quarter and a retreat at Soba on the Blue Nile.During his time in the country he heavily invested in the infrastructure and in agriculture and businesses. He continued his verbal assault on King Fahd of Saudi Arabia, and in response, on March 5, 1994, Fahd sent an emissary to Sudan demanding bin Laden's passport. His family was persuaded to cut off his $7 million a year stipend. By now bin Laden was strongly associated with Egyptian Islamic Jihad (EIJ), which made up the core of al-Qaeda. In 1995 the EIJ attempted to assassinate Egyptian President Hosni Mubarak. The attempt failed, and the EIJ was expelled from Sudan.

As a result of his dealings in and advocacy of violent extremist jihad, Osama bin Laden lost his Saudi citizenship in 1994 and was disowned by his billionaire family.

Sudan also began efforts to expel bin Laden. The 9/11 Commission Report states:

In late 1995, when Bin Laden was still in Sudan, the State Department and the Central Intelligence Agency (CIA) learned that Sudanese officials were discussing with the Saudi government the possibility of expelling Bin Laden. CIA paramilitary officer Billy Waugh tracked down Bin Ladin in the Sudan and prepared an operation to apprehend him, but was denied authorization. U.S. Ambassador Timothy Carney encouraged the Sudanese to pursue this course. The Saudis, however, did not want Bin Laden, giving as their reason their revocation of his citizenship. Sudan's minister of defense, Fatih Erwa, has claimed that Sudan offered to hand Bin Laden over to the United States. The Commission has found no credible evidence that this was so. Ambassador Carney had instructions only to push the Sudanese to expel Bin Laden. Ambassador Carney had no legal basis to ask for more from the Sudanese since, at the time, there was no indictment outstanding.

The 9/11 Commission Report further states:

In February 1996, Sudanese officials began approaching officials from the United States and other governments, asking what actions of theirs might ease foreign pressure. In secret meetings with Saudi officials, Sudan offered to expel Bin Laden to Saudi Arabia and asked the Saudis to pardon him. U.S. officials became aware of these secret discussions, certainly by March. Saudi officials apparently wanted Bin Laden expelled from Sudan. They had already revoked his citizenship, however, and would not tolerate his presence in their country. Also Bin Laden may have no longer felt safe in Sudan, where he had already escaped at least one assassination attempt that he believed to have been the work of the Egyptian or Saudi regimes, or both.

In May 1996, under increasing pressure on Sudan, from Saudi Arabia, Egypt, and the United States, bin Laden returned to Jalalabad, Afghanistan aboard a chartered flight, and there forged a close relationship with Mullah Mohammed Omar. When bin Laden left Sudan, he and his organization were significantly weakened, despite his ambitions and organizational skills. In Afghanistan, bin Laden and al-Qaeda raised money from "donors from the days of the Soviet jihad", and from the Pakistani Inter-Services Intelligence (ISI) to establish more training camps for Mujahideen fighters.

Bin Laden effectively had hijacked Ariana Afghan Airlines, which ferried Islamic militants, arms, cash and opium through the United Arab Emirates and Pakistan as well as provided false identifications to members of bin Laden's terrorist network. Viktor Bout helped to run the airline, maintaining planes and loading cargo. Michael Scheuer, head of the CIA's bin Laden unit, concluded that Ariana was being used as a "terrorist taxi service".
It is believed that the first bombing attack involving bin Laden was the December 29, 1992, bombing of the Gold Mihor Hotel in Aden in which two people were killed.

It was after this bombing that al-Qaeda was reported to have developed its justification for the killing of innocent people. According to a fatwa issued by Mamdouh Mahmud Salim, the killing of someone standing near the enemy is justified because any innocent bystander will find their proper reward in death, going to Jannah (Paradise) if they were good Muslims and to Jahannam (hell) if they were bad or non-believers. The fatwa was issued to al-Qaeda members but not the general public.

In the 1990s bin Laden's al-Qaeda assisted jihadis financially and sometimes militarily in Algeria, Egypt and Afghanistan. In 1992 or 1993 bin Laden sent an emissary, Qari el-Said, with $40,000 to Algeria to aid the Islamists and urge war rather than negotiation with the government. Their advice was heeded but the war that followed killed 150,000–200,000 Algerians and ended with Islamist surrender to the government.

Bin Laden funded the Luxor massacre of November 17, 1997, which killed 62 civilians, but outraged the Egyptian public. In mid-1997, the Northern Alliance threatened to overrun Jalalabad, causing bin Laden to abandon his Nazim Jihad compound and move his operations to Tarnak Farms in the south.

Another successful attack was carried out in the city of Mazar-e-Sharif in Afghanistan. Bin Laden helped cement his alliance with the Taliban by sending several hundreds of Afghan Arab fighters along to help the Taliban kill between five and six thousand Hazaras overrunning the city.

In February 1998, Osama bin Laden and Ayman al-Zawahiri co-signed a fatwa in the name of the World Islamic Front for Jihad Against Jews and Crusaders which declared the killing of North Americans and their allies an "individual duty for every Muslim" to "liberate the al-Aqsa Mosque [in Jerusalem] and the holy mosque [in Mecca] from their grip". At the public announcement of the fatwa bin Laden announced that North Americans are "very easy targets". He told the attending journalists, "You will see the results of this in a very short time."

In December 1998, the Director of Central Intelligence Counterterrorist Center reported to President Bill Clinton that al-Qaeda was preparing for attacks in the United States of America, including the training of personnel to hijack aircraft.

Bin Laden and Al-Zawahiri organized an al-Qaeda congress on June 24, 1998.

The 1998 U.S. Embassy bombings were a series of attacks that occurred on August 7, 1998, in which hundreds of people were killed in simultaneous truck bomb explosions at the United States embassies in the major East African cities of Dar es Salaam, Tanzania and Nairobi, Kenya. The attacks were linked to local members of the Egyptian Islamic Jihad, brought Osama bin Laden and Ayman al-Zawahiri to the attention of the United States public for the first time, and resulted in the U.S. Federal Bureau of Investigation placing bin Laden on its Ten Most Wanted list.

At the end of 2000, Richard Clarke revealed that Islamic militants headed by bin Laden had planned a triple attack on January 3, 2000 which would have included bombings in Jordan of the Radisson SAS Hotel in Amman and tourists at Mount Nebo and a site on the Jordan River, the sinking of the destroyer USS The Sullivans in Yemen, as well as an attack on a target within the United States. The plan was foiled by the arrest of the Jordanian terrorist cell, the sinking of the explosive-filled skiff intended to target the destroyer, and the arrest of Ahmed Ressam
SEPTEMBER 11th ATTACKS
After repeated denials, in 2004, Osama bin Laden claimed responsibility for the September 11, 2001, attacks on the United States. The attacks involved the hijacking of four commercial passenger aircraft, the subsequent destruction of those planes and the World Trade Center in New York City, New York, severe damage to The Pentagon in Arlington, Virginia, and the deaths of 2,974 people and the nineteen hijackers. In response to the attacks, the United States launched a War on Terror to depose the Taliban regime in Afghanistan and capture al-Qaeda operatives, and several countries strengthened their anti-terrorism legislation to preclude future attacks. The CIA's Special Activities Division was given the lead in tracking down and killing or capturing bin Laden.


The Federal Bureau of Investigation has stated that classified evidence linking al-Qaeda and bin Laden to the attacks of September 11 is clear and irrefutable.The UK Government reached a similar conclusion regarding al-Qaeda and Osama bin Laden's culpability for the September 11, 2001, attacks, although the government report notes that the evidence presented is not necessarily sufficient for a prosecutable case.


Bin Laden initially denied involvement in the attacks. On September 16, 2001, bin Laden read a statement later broadcast by Qatar's Al Jazeera satellite channel denying responsibility for the attack.

In a videotape recovered by U.S. forces in November 2001 in Jalalabad, bin Laden was seen discussing the attack with Khaled al-Harbi in a way that indicates foreknowledge.he tape was broadcast on various news networks on December 13, 2001. The merits of this translation have been disputed. Arabist Dr. Abdel El M. Husseini stated: "This translation is very problematic. At the most important places where it is held to prove the guilt of bin Laden, it is not identical with the Arabic."
In the 2004 Osama bin Laden video, bin Laden abandoned his denials without retracting past statements. In it he stated he had personally directed the nineteen hijackers. In the 18-minute tape, played on Al-Jazeera, four days before the American presidential election, bin Laden accused U.S. President George W. Bush of negligence on the hijacking of the planes on September 11.

According to the tapes, bin Laden claimed he was inspired to destroy the World Trade Center after watching the destruction of towers in Lebanon by Israel during the 1982 Lebanon War.

In two other tapes aired by Al Jazeera in 2006, Osama bin Laden announces,

I am the one in charge of the nineteen brothers [...] I was responsible for entrusting the nineteen brothers [...] with the raids [5 minute audiotape broadcast May 23, 2006],

and is seen with Ramzi bin al-Shibh, as well as two of the 9/11 hijackers, Hamza al-Ghamdi and Wail al-Shehri, as they make preparations for the attacks (videotape broadcast September 7, 2006
On March 16, 1998, Libya issued the first official Interpol arrest warrant against bin Laden and three other people. They were charged for killing two German citizens in Libya on March 10, 1994, one of whom is thought to have been a German counter-intelligence officer. Bin Laden was still wanted by the Libyan government at the time of his death.Osama bin Laden was first indicted by the United States on June 8, 1998, when a grand jury indicted Osama bin Laden on charges of killing five Americans and two Indians in the November 14, 1995, truck bombing of a U.S.-operated Saudi National Guard training center in Riyadh.

Bin Laden was charged with "conspiracy to attack defense utilities of the United States" and prosecutors further charged that bin Laden is the head of the terrorist organization called al-Qaeda, and that he was a major financial backer of Islamic fighters worldwide. Bin Laden denied involvement but praised the attack. On November 4, 1998, Osama bin Laden was indicted by a Federal Grand Jury in the United States District Court for the Southern District of New York, on charges of Murder of U.S. Nationals Outside the United States, Conspiracy to Murder U.S. Nationals Outside the United States, and Attacks on a Federal Facility Resulting in Death for his alleged role in the 1998 United States embassy bombings in Kenya and Tanzania. The evidence against bin Laden included courtroom testimony by former al-Qaeda members and satellite phone records, from a phone purchased for him by al-Qaeda procurement agent Ziyad Khaleel in the United States.Bin Laden became the 456th person listed on the FBI Ten Most Wanted Fugitives list, when he was added to the list on June 7, 1999, following his indictment along with others for capital crimes in the 1998 embassy attacks. Attempts at assassination and requests for the extradition of bin Laden from the Taliban of Afghanistan were met with failure prior to the bombing of Afghanistan in October 2001.In 1999, U.S. President Bill Clinton convinced the United Nations to impose sanctions against Afghanistan in an attempt to force the Taliban to extradite him.

Years later, on October 10, 2001, bin Laden appeared as well on the initial list of the top 22 FBI Most Wanted Terrorists, which was released to the public by the President of the United States George W. Bush, in direct response to the attacks of 9/11, but which was again based on the indictment for the 1998 embassy attack. Bin Laden was among a group of thirteen fugitive terrorists wanted on that latter list for questioning about the 1998 embassy bombings. Bin Laden remains the only fugitive ever to be listed on both FBI fugitive lists.

Despite the multiple indictments listed above and multiple requests, the Taliban refused to extradite Osama bin Laden. It was not until after the bombing of Afghanistan began in October 2001 that the Taliban finally did offer to turn over Osama bin Laden to a third-party country for trial, in return for the United States ending the bombing and providing evidence that Osama bin Laden was involved in the 9/11 attacks. This offer was rejected by President Bush stating that this was no longer negotiable with Bush responding "there's no need to discuss innocence or guilt. We know he's guilty."[

OSAMA AND CLINTON

Capturing Osama bin Laden had been an objective of the United States government since the presidency of Bill Clinton. Shortly after the September 11 attacks it was revealed that President Clinton had signed a directive authorizing the CIA (and specifically their elite Special Activities Division) to apprehend bin Laden and bring him to the United States to stand trial after the 1998 United States embassy bombings in Africa; if taking bin Laden alive was deemed impossible, then deadly force was authorized. On August 20, 1998, 66 cruise missiles launched by United States Navy ships in the Arabian Sea struck bin Laden's training camps near Khost in Afghanistan, narrowly missing him by a few hours. In 1999 the CIA, together with Pakistani military intelligence, had prepared a team of approximately 60 Pakistani commandos to infiltrate Afghanistan to capture or kill bin Laden, but the plan was aborted by the 1999 Pakistani coup d'état; in 2000, foreign operatives working on behalf of the CIA had fired a rocket-propelled grenade at a convoy of vehicles in which bin Laden was traveling through the mountains of Afghanistan, hitting one of the vehicles but not the one in which bin Laden was riding.

In 2000, prior to the September 11 attacks, Paul Bremer characterized the Clinton administration as "correctly focused on bin Laden", while Robert Oakley criticized their "obsession with Osama
OSAMA AND BUSH

Immediately after the 9/11 attacks, U.S. government officials named bin Laden and the al-Qaeda organization as the prime suspects and offered a reward of $25 million for information leading to his capture or death. On July 13, 2007, this figure was doubled to $50 million. The Airline Pilots Association and the Air Transport Association offered an additional $2 million reward.

According to The Washington Post, the U.S. government concluded that Osama bin Laden was present during the Battle of Tora Bora, Afghanistan in late 2001, and according to civilian and military officials with first-hand knowledge, failure by the United States to commit enough U.S. ground troops to hunt him led to his escape and was the gravest failure by the United States in the war against al-Qaeda. Intelligence officials have assembled what they believe to be decisive evidence, from contemporary and subsequent interrogations and intercepted communications, that bin Laden began the battle of Tora Bora inside the cave complex along Afghanistan's mountainous eastern border.

The Washington Post also reported that the CIA unit composed of their special operations paramilitary forces dedicated to capturing bin Laden was shut down in late 2005. Bush had previously defended this scaling back of the effort several times, saying, "I don't know where bin Laden is. I have no idea and really don't care. It's not that important. It's not our priority."

U.S. and Afghanistan forces raided the mountain caves in Tora Bora between August 14–16, 2007. The military was drawn to the area after receiving intelligence of a pre-Ramadan meeting held by al-Qaeda members. After killing dozens of al-Qaeda and Taliban members, they did not find either Osama bin Laden or Ayman al-Zawahiri

OSAMA  AND  OBAMA
On October 7, 2008, in the second presidential debate, on foreign policy, then-presidential candidate Barack Obama pledged, "We will kill bin Laden. We will crush al-Qaeda. That has to be our biggest national security priority." Upon being elected, then President-elect Obama expressed his plans to "renew U.S. commitment to finding al-Qaeda leader Osama bin Laden, according to his national security advisers" in an effort to ratchet up the hunt for the terrorist. President Obama rejected the Bush administration's policy on Bin Laden that “conflated all terror threats from al-Qaida to Hamas to Hezbollah,” replacing it with “with a covert, laserlike focus on al-Qaida and its spawn.”

U.S. Secretary of Defense Robert Gates said in December 2009 that officials had had no reliable information on bin Laden's whereabouts for years. One week later, General Stanley McChrystal, the top U.S. commander in Afghanistan said in December 2009 that al-Qaeda will not be defeated unless its leader, Osama bin Laden, is captured or killed. Testifying to the U.S. Congress, he said bin Laden had become an "iconic figure, whose survival emboldens al-Qaeda as a franchising organization across the world", and that Obama's deployment of 30,000 extra troops to Afghanistan meant that success would be possible. "I don't think that we can finally defeat al-Qaeda until he's captured or killed", McChrystal said of bin Laden. "Killing or capturing bin Laden would not spell the end of al-Qaeda, but the movement could not be eradicated while he remained at large."

In April 2011, President Obama ordered a covert operation to kill or capture bin Laden. On May 1, 2011, the White House announced that U.S. Navy SEALs had carried it out, killing him in his Abbottabad, Pakistan compound
Shortly after the attacks of September 11, 2001, President George W. Bush stated that he now hoped to "kill or capture" bin Laden. Subsequently, bin Laden retreated further from public contact to avoid capture. Since that time, numerous speculative press reports were issued about his whereabouts or even death. Meanwhile, al-Qaeda continued to release time-sensitive and professionally-verified videos demonstrating bin Laden's continued survival as recently as August 2007. Most recently, U.S. Army General Stanley A. McChrystal had emphasized the continued importance of the capture or killing of bin Laden, thus clearly indicating that the U.S. high command continued to believe that bin Laden was probably still alive. Some of the conflicting reports regarding both his continued whereabouts and previous mistaken claims about his death have included the following:

Many claims as to the location of Osama bin Laden were made in the wake of 9/11, although none were ever definitively proven and some placed bin Laden in different locations during overlapping time periods. After military offensives in Afghanistan in the wake of 9/11 failed to uncover his whereabouts, Pakistan was regularly identified as his suspected hiding place.

A December 11, 2005, letter from Atiyah Abd al-Rahman to Abu Musab al-Zarqawi indicates that bin Laden and the al-Qaeda leadership were based in the Waziristan region of Pakistan at the time. In the letter, translated by the United States military's Combating Terrorism Center at West Point, "Atiyah" instructs Zarqawi to "send messengers from your end to Waziristan so that they meet with the brothers of the leadership [...] I am now on a visit to them and I am writing you this letter as I am with them..." Al-Rahman also indicates that bin Laden and al-Qaeda are "weak" and "have many of their own problems." The letter has been deemed authentic by military and counterterrorism officials, according to The Washington Post.

In 2009, a research team led by Thomas W. Gillespie and John A. Agnew of UCLA used satellite-aided geographical analysis to pinpoint three compounds in Parachinar as bin Laden's likely hideouts.In March 2009, the New York Daily News reported that the hunt for bin Laden had centered in the Chitral District of Pakistan, including the Kalam Valley. According to the report, author Rohan Gunaratna states that captured al-Qaeda leaders have confirmed that Chitral is where bin Laden is hiding.

In the first week of December 2009, a Taliban detainee in Pakistan said he had information that bin Laden was in Afghanistan in 2009. The detainee said that in January or February (of 2009) he met a trusted contact who had seen bin Laden about 15 to 20 days earlier in Afghanistan. However, on December 6, 2009. U.S. Secretary of Defense Robert Gates stated that the United States had had no reliable information on the whereabouts of bin Laden in years. Pakistan's Prime Minister Gillani rejected claims that Osama bin Laden was hiding in Pakistan.

On February 2, 2010, an anonymous official of the Saudi Foreign Ministry declared that the kingdom had no intention of getting involved in peacemaking in Afghanistan unless the Taliban would sever ties with extremists and expel Osama bin Laden.This condition was announced as the Afghan president Karzai arrived in the kingdom for an official visit, for a discussion of a possible Saudi role in his plan to reintegrate Taliban militants.

On June 7, 2010, the Kuwaiti Al Siyassa reported that bin Laden was hiding out in the mountainous town of Savzevar, in north eastern Iran. The Australian newspaper online published the claim on June 9.

On October 18, 2010, an unnamed NATO official suggested that bin Laden was "alive and well and living comfortably" in Pakistan, protected by elements of the country's intelligence services. A senior Pakistani official denied the allegations and said the accusations were designed to put pressure on the Pakistani government ahead of talks aimed at strengthening ties between Pakistan and the United States.
Whereabouts prior to his death

In April of 2011, various intelligence outlets were able to pinpoint bin Laden's suspected location near Abbottabad, Pakistan. It was originally believed that bin Laden was hiding near the border between Afghanistan and Pakistan's Federally Administered Tribal Areas,[159] but he was actually found 100 miles (160 km) away in a three-story mansion in Abbottabad at 34°10′9.63″N 73°14′33.33″E. Bin Laden's mansion was located 0.8 miles (1.3 km) southwest of the Pakistan Military Academy (Pakistan's "West Point"). On Google Earth maps show that the compound was not present in 2001, but was present on images taken in 2005.

THE DEATH OF OSAMA BEN LADEN
On April 29, 2011, U.S. President Barack Obama authorized a U.S. military raid, dubbed "Operation Neptune Spear". In the late evening of May 1, 2011, (EDT), the president announced that bin Laden had been killed in the operation. Two teams of 12 U.S. Navy SEALs from the Naval Special Warfare Development Group (SEAL Team Six), under the command of the Joint Special Operations Command and working with the CIA, stormed bin Laden's compound in two helicopters. One of the helicopters experienced a vortex ring state upon approach resulting in a grazing of the tail rotor with the compound's wall. The damaged aircraft was "hard-landed" allowing the mission to continue, however it had to be destroyed on-site to protect technology secrets. Back-up forces were immediately available, and another helicopter was brought in to retrieve the commandos and relevant contents. All combined, a total of 79 commandos and a dog (believed to have explosive-detection training) were involved in the raid.

Abu Ahmed al-Kuwaiti, bin Laden's courier, opened fire on the SEALs from the guesthouse with an AK-47 assault rifle where he and his wife were killed in the returned fire. A second group of SEALs entered the main house where they were confronted by al-Kuwaiti's brother who had his hands behind his back. He was shot and killed by the SEALs, who feared he might have a weapon, before he could reach a weapon that was found lying nearby. Bin Laden's unarmed 22-year-old son rushed towards the SEALs on the staircase and was also shot and killed.

The compound where bin Laden was killed and which take the shape of Historical Palestine map.
Bin Laden was shot in his head and chest and killed after he retreated into his room. An official said "he didn't hold up his hands and surrender", and his retreating into the room was considered a hostile act. There were two weapons near him, including an AK-47 assault rifle and a Russian-made 9 millimeter semi-automatic Makarov pistol, but he was shot before he could reach his AK-47 according to his wife Amal. News of bin Laden's death was announced from the scene with the code phrase "Geronimo E-KIA" (enemy – killed in action).The White House, top U.S. counter-terrorism official John Brennan, and other U.S. officials said the SEALs were prepared to capture bin Laden if he had surrendered, but one unnamed U.S. official said the SEALs mission was not to take bin Laden alive. In his broadcast announcement Obama said that U.S. forces "took care to avoid civilian casualties". The attack was carried out without the knowledge of the Pakistani government.

The entire raid, including intelligence sweeps of the compound, was completed in less than 40 minutes. His body was taken and biometric facial recognition tests were performed. Subsequent genetic testing supported the preliminary identification. On May 6, 2011, al-Qaeda confirmed that bin Laden was dead. They also vowed that they would continue attacking the U.S. and its allies.

Four years of surveillance of bin Laden's courier led to the intelligence which made the raid possible. The courier owned the compound. White House Press Secretary Jay Carney said that bin Laden's wife had rushed the invading commandos and was shot in the leg, but was not killed. Bin Laden's 12-year-old daughter, who was reported to have witnessed her father being shot, was injured in her leg by a piece of flying debris. The Guardian reported, "She was comforting her father's fifth wife, Amal Ahmed al-Sadah, 29, who was shot in the calf by commandos as they closed in on bin Laden." Amal and eight of bin Laden's children were taken into Pakistani custody following the raid. Bin Laden had cash totaling 500 euro and two telephone numbers sewn into his clothing when he was killed. Amal had told interrogators that she had not left the compound in the five years that she lived there with bin Laden.

Within 24 hours of his death, bin Laden's body was transported to the aircraft carrier USS Carl Vinson for final rites and burial at sea. One U.S. official stated, "Finding a country willing to accept the remains of the world's most wanted terrorist would have been difficult." MSNBC reported, "There also was speculation about worry that a grave site could have become a rallying point for militants." His death attracted protests from hundreds of people in the city of Quetta, in southwestern Pakistan, who burned U.S. flags and paid homage to the late al-Qaeda leader.

Following bin Laden's death, the U.S. State Department issued a "worldwide caution" for Americans, and U.S diplomatic facilities everywhere were placed on high alert, a senior U.S official said. Crowds gathered outside the White House, in New York City's Times Square, as well as the World Trade Center, the site of the September 11 Attacks, to celebrate bin Laden's death. Chittral News, a Pakistani news site, claimed that some people were dismayed that Pakistan has lost its sovereignty
Critics accused Pakistan's military and security establishment of protecting bin Laden. For example, Mosharraf Zaidi, a leading Pakistani columnist, stated, "It seems deeply improbable that bin Laden could have been where he was killed without the knowledge of some parts of the Pakistani state." However, Pakistan's president Asif Ali Zardari denied that his country's security forces sheltered bin Laden, and called any supposed support for bin Laden by the Pakistani government "baseless speculation".

It was speculated that the issue might further strain U.S. ties with Pakistan. Bin Laden was killed in what some suggest was his residence for five years. It was an expensive compound located less than a mile from Pakistan's version of West Point, probably built for him and less than 100 kilometers' drive from the capital.

The Pakistani government's foreign office issued a statement that "categorically denies" any reports by the media that the country's leadership, "civil as well as military, had any prior knowledge of the U.S. operation against Osama bin Laden".

Pakistan's United States envoy, ambassador Husain Haqqani, promises a "full inquiry" into how Pakistani intelligence services failed to find bin Laden in a fortified compound, just a few hours drive from Islamabad, and stated that "obviously bin Laden did have a support system; the issue is was that support system within the government and the state of Pakistan or within the society of Pakistan?"
NAME
There is no universally accepted standard for transliterating Arabic words and Arabic names into English; bin Laden's name is most frequently rendered "Osama bin Laden". The FBI and Central Intelligence Agency (CIA), as well as other U.S. governmental agencies, have used either "Usama bin Laden" or "Usama bin Ladin", both of which may be abbreviated as "UBL". Less common renderings include "Ussamah bin Ladin" and, in the French-language media, "Oussama ben Laden". Other spellings include "Binladen" or, as used by his family in the West, "Binladin". The decapitalization of bin is based on the convention of leaving short prepositions and articles uncapitalized in surnames; however, bin means "son of" and is not strictly speaking a preposition or article. The spellings with o and e come from a Persian-influenced pronunciation also used in Afghanistan, where bin Laden spent many years.

Osama bin Laden's full name, Osama bin Mohammed bin Awad bin Laden, means "Osama, son of Mohammed, son of Awad, son of Laden". "Mohammed" refers to bin Laden's father Mohammed bin Laden; "Awad" refers to his grandfather, Awad bin Aboud bin Laden, a Kindite Hadhrami tribesman; "Laden" refers not to bin Laden's great-grandfather, who was named Aboud, but to a more distant ancestor.

The Arabic linguistic convention would be to refer to him as "Osama" or "Osama bin Laden", not "bin Laden" alone, as "bin Laden" is a patronymic, not a surname in the Western manner. According to bin Laden's son Omar bin Laden, the family's hereditary surname is "al-Qahtani" (Arabic: ‎القحطاني‎, āl-Qaḥṭānī), but bin Laden's father Mohammed bin Laden never officially registered the name.

Osama bin Laden had also assumed the kunyah "Abū ʿAbdāllāh" ("father of Abdallah"). His admirers have referred to him by several nicknames, including the "Prince" or "Emir" (الالمجاهد, al-Amīr), the "Sheik" (الشيخ, aš-Šayḫ), the "Jihadist Shiek" or "Sheik al-Mujahid" (شيخ المجاهد, al-Muǧāhid Šayḫ), "Hajj" (حج‎, Ḥaǧǧ), and the "Director". The word ʾusāmah (أسامة) means "lion", earning him the nicknames "Lion" and "Lion Sheik"
Osama bin Mohammed bin Awad Ben Laden (/ oʊsɑ ː mə bɪn lɑ ː dən /; arabe: أسامة بن محمد بن عوض بن لادن, ʾ Oussama bin Muhammad bin ʿ Awad Ben Laden, Mars 10, 1957 - 2 mai, 2011note a) a été le fondateur d'al- Qaïda, l'organisation terroriste responsable des attentats du 11 Septembre aux Etats-Unis et de nombreuses autres attaques entraînant des pertes massives contre des cibles civiles et militaires. Il a été membre de la famille Ben Laden riche saoudien, yéménite et un ethniques Kindite.

Ben Laden a été sur le Bureau fédéral américain d'investigation (FBI) des listes de Ten Most Wanted Fugitives et terroristes les plus recherchés pour son implication dans les attentats de 1998 l'ambassade américaine. De 2001 à 2011, ben Laden a été un objectif majeur de la guerre contre le terrorisme.

Après avoir été placé sur la liste les plus recherchés du FBI, Ben Laden est resté dans la clandestinité pendant trois administrations américaines présidentielle. Le 2 mai 2011, ben Laden a été tué par balles à l'intérieur d'un composé résidentiel privé à Abbottabad, au Pakistan, par l'US Navy SEALs dans une opération secrète ordonnée par le président américain Barack Obama. Peu de temps après sa mort, le corps de Ben Laden a été jeté à la mer. Al-Qaïda a reconnu sa mort, le 6 mai 2011, jurant de se venger. [

Oussama Childhood Education et de la vie personnelle
Osama bin Mohammed bin Awad Ben Laden (/ oʊsɑ ː mə bɪn moʊhɑ ː mɪd ː bɪn əwɑ d bɪn lɑ ː dən /) est né à Riyadh, Arabie saoudite, fils de Mohammed bin Awad Ben Laden, un homme d'affaires riche avec des liens étroits avec la famille royale saoudienne, et bin Mohammed femme dixième Laden, al-Attas Hamida (qui s'appelait alors Alia Ghanem). Dans une interview 1998, ben Laden a donné sa date de naissance, Mars 10, 1957.
Mohammed bin Laden divorcés Hamida peu de temps après Oussama ben Laden est né. Mohammed a recommandé à Hamida Mohammed al-Attas, un associé. Al-Attas marié Hamida dans la fin des années 1950 ou début des années 1960. Le couple a eu quatre enfants, et Ben Laden vivait dans le nouveau ménage à trois demi-frères et demi-sœur.

Ben Laden a été élevé comme un musulman pieux wahhabite. De 1968 à 1976, il a assisté à l'élite laïque Al-Thager Model School. Il a étudié l'économie et administration des affaires à l'Université King Abdulaziz. Certains rapports suggèrent qu'il a obtenu un diplôme en génie civil en 1979, ou d'un diplôme en administration publique en 1981. Une source a décrit comme «travailler dur», un autre a dit qu'il a quitté l'université au cours de sa troisième année sans avoir obtenu de diplôme d'études collégiales. À l'université, bin Laden intérêt principal était la religion, où il a été impliqué dans les deux «interpréter le Coran et le djihad" travail et de bienfaisance. Autres intérêts inclus écrire de la poésie, la lecture, avec les œuvres du feld-maréchal Montgomery et Charles de Gaulle, dit-on parmi ses favoris; étalons noirs et de football, où il se plaisait à jouer à avant-centre et suivre la fortune de l'Arsenal FC.

En 1974, à l'âge de 17 ans, marié Najwa ben Laden Ghanem à Lattaquié, ils ont divorcé avant Septembre 11, 2001. Ben Laden d'autres femmes ont été connus: Khadijah Sharif (marié 1983, divorcé 1990), Khairiah Sabar (marié 1985), Siham Sabar (marié 1987), et Amal al-Sadah (2000 marié). Certaines sources ont également une liste sixième femme, nom inconnu, dont le mariage avec Ben Laden a été annulée peu de temps après la cérémonie. Ben Laden a engendré entre 20 et 26 enfants avec sa femme. Beaucoup d'enfants de Ben Laden ont fui vers l'Iran suite au 11-Septembre et à partir de 2010 les autorités iraniennes auraient continuer à contrôler leurs mouvements.

père de Ben Laden Mohammed est mort en 1967 dans un accident d'avion en Arabie Saoudite quand son pilote américain méconnu d'un atterrissage. Ben Laden le demi-frère aîné, Salem Ben Laden, le chef ultérieure de la famille Ben Laden, a été tué en 1988 près de San Antonio, Texas, aux États-Unis, quand il a accidentellement piloté un avion dans les lignes électriques.

Le FBI a décrit Ben Laden comme un adulte, en grand et mince, entre 6 pi 4 po et 6 pi 6 po (193 à 198 cm) de hauteur et pesant environ 165 lb (75 kg). Interviewer Lawrence Wright, d'autre part, le décrit comme très minces, mais pas particulièrement tall.Bin Laden avait un teint olivâtre et était gaucher, généralement marchant avec une canne. Il portait un turban de couleur blanche et il avait cessé de porter la coiffe traditionnelle Arabie hommes. Ben Laden a été décrite comme la voix douce et aux manières douces dans demeano
Oussama Idéologie
Selon l'ancien analyste de la CIA Michael Scheuer, qui a mené la chasse de la CIA pour Oussama Ben Laden, le chef d'Al-Qaïda a été motivée par la conviction que la politique étrangère américaine a opprimé, tué, ou blessé les musulmans au Moyen-Orient, condensé dans la phrase "Ils nous haïssent pour ce que nous faisons, pas qui nous sommes."

Ben Laden a également déclaré que le rétablissement de la charia serait «arranger les choses" dans le monde musulman, et que des alternatives telles que «le panarabisme, le socialisme, le communisme, la démocratie" doit être la croyance opposed.This, en liaison avec le djihad violent, a parfois été appelé Qutbism après avoir été promu par Sayyid Qutb. Ben Laden estime que l'Afghanistan, en vertu de la règle des talibans du mollah Omar, a été "le seul pays islamique» dans le world.Bin musulmans Laden toujours insisté sur la nécessité pour le djihad violent à droite ce qu'il croyait être des injustices contre les musulmans perpétrés par les États-Unis et parfois par d'autres Etats non-musulmans, la nécessité d'éliminer l'Etat d'Israël, et la nécessité de forcer les États-Unis de se retirer du Moyen-Orient. Il a également appelé les Américains à «rejeter les actes immoraux de la fornication, l'homosexualité, de substances intoxicantes, le jeu, et l'usure", dans un Octobre 2002 Lettre.

l'idéologie de Ben Laden compris l'idée que des civils innocents, femmes et enfants compris, sont des cibles légitimes du djihad.

Ben Laden était antisémite, et remis en garde contre les présumés complots juifs: "Ces Juifs sont les maîtres de l'usure et les dirigeants de trahison Ils vous laisseront rien, ni dans ce monde ou dans l'autre.."

Musulmans chiites ont été répertoriés avec les "hérétiques, [...] l'Amérique et Israël», comme les quatre principaux "ennemis de l'islam" au cours idéologie de l'organisation de Ben Laden d'al-Qaïda.

Bin Laden contre la musique pour des motifs religieux, et son attitude envers la technologie a été mélangé. Il était intéressé par «les engins de terrassement et de génie génétique des plantes", d'une part, mais a rejeté "l'eau glacée» sur l'autre.

Ses points de vue et les méthodes de leur réalisation a conduit à ce qu'il soit désigné comme un terroriste par les chercheurs, les journalistes de The New York Times, la BBC, et du Qatar Al-Jazira nouvelles stations, des analystes comme Peter Bergen, Michael Scheuer, Marc Sageman, et Bruce Hoffman et il a été inculpé pour terrorisme par les organismes d'application de la loi à Madrid, New York City, et de Tripoli.

stratégie globale de Ben Laden contre des ennemis beaucoup plus grande, comme l'Union soviétique et les Etats-Unis a été de les attirer dans une longue guerre d'usure dans les pays musulmans, attirant un grand nombre de djihadistes qui ne serait jamais remise. Il croyait cela conduirait à l'effondrement économique de la nation ennemie. manuels d'Al-Qaïda définir clairement cette stratégie. L'Union soviétique s'est effondrée après des années de combats en Afghanistan, et plusieurs auteurs de renom ont déclaré que les États-Unis était sur le point de subir le même sort, perdant des milliards de dollars d'innombrables au conflit en cours. En ce sens, certains ont crédité Ben Laden comme la seule personne qui a réussi dans sa lutte contre les deux superpuissances du monde

Militant d'activité

Après avoir quitté le collège en 1979, ben Laden est arrivé au Pakistan et rejoint Abdullah Azzam à prendre part à la guerre soviétique en Afghanistan. Pendant l'Opération Cyclone de 1979 à 1989, les États-Unis ont fourni une aide financière et des armes aux chefs moudjahidin par le Pakistan de l'Inter-Services Intelligence (ISI). Ben Laden a rencontré et noué des relations avec Hamid Gul, qui était un général trois étoiles à l'armée pakistanaise et directeur de l'agence ISI. Bien que les États-Unis ont fourni l'argent et des armes, la formation des groupes de militants a été entièrement conçue et réalisée par les forces armées pakistanaises et l'ISI.



En 1984, Ben Laden et Azzam al-établie Maktab Khidamat, qui canalisé de l'argent, des armes et des combattants de partout dans le monde arabe en Afghanistan. Grâce à al-Khadamat, la fortune de la famille Ben Laden a hérité payé pour des billets d'avion et l'hébergement, payé pour paperasse avec les autorités pakistanaises et fourni d'autres services tels que les combattants djihadistes. Ben Laden ont établi des camps à l'intérieur de Khyber au Pakistan Pakhtunkhwa et l'a utilisé pour former les combattants volontaires contre la République démocratique d'Afghanistan. C'est au cours de son temps au Pakistan qu'il a commencé à porter vestes de camouflage imprimés et portant un fusil d'assaut russe.

FORMATION d'Al-Qaïda

En 1988, Ben Laden s'était séparé du Maktab al-Khidamat. Bien Azzam a agi à titre de soutien pour les combattants afghans, Oussama ben Laden voulait un rôle plus militaire. L'un des principaux points menant à la scission et la création d'al-Qaïda a été l'insistance Azzam que les combattants arabes d'intégrer parmi les groupes afghans combats au lieu de former une force de combat séparée. Notes d'une réunion de Ben Laden et d'autres sur le 20 août 1988, indique al-Qaïda a été un groupe formel à cette époque: «En résumé, une faction organisée islamique, son objectif est de lever la parole de Dieu, de faire sa religion victorieuse. " Une liste des critères d'adhésion détaillée les éléments suivants: capacité d'écoute, les bonnes manières, l'obéissance, et de faire un nantissement (bayat) à suivre un supérieur hiérarchique.

Selon Wright, véritable nom du groupe n'a pas été utilisé dans les déclarations publiques parce que «son existence était encore étroitement tenus secrets". Ses recherches suggèrent que al-Qaïda a été formé lors d'une réunion le 11 août 1988, entre «plusieurs hauts dirigeants" du Djihad islamique égyptien, Abdullah Azzam, et Ben Laden, où il a été convenu de joindre l'argent de Ben Laden avec l'expertise de la Conférence islamique Organisation du Jihad et de prendre fait et cause jihadiste ailleurs après l'Soviétiques se sont retirés de l'Afghanistan. Après le retrait de l'Union soviétique de l'Afghanistan en Février 1989, Oussama Ben Laden retourna en Arabie saoudite en 1990 comme un héros du djihad, qui, avec sa légion arabe »avait fait descendre la grande superpuissance» de l'Union soviétique.



L'invasion irakienne du Koweït par Saddam Hussein sur le 2 août 1990, mis le royaume saoudien et la Maison des Saoud à risque, avec les forces irakiennes à la frontière saoudienne et l'appel de Saddam Hussein à pan-arabisme potentiellement incitation à des dissensions internes. Ben Laden a rencontré le roi Fahd, et l'Arabie ministre de la Défense Sultan, en leur disant de ne pas dépendre de l'aide non-musulmans des États-Unis et d'autres, offrant pour aider à défendre l'Arabie saoudite avec son moudjahidine. offre de Ben Laden a été rejeté, et après la monarchie saoudienne a invité le déploiement de troupes américaines en territoire saoudien, Oussama ben Laden a publiquement dénoncé la dépendance de l'Arabie saoudite sur l'armée américaine. Ben Laden estime la présence de troupes étrangères dans le «pays des deux mosquées" (La Mecque et Médine) profané le sol sacré. la critique de Ben Laden de la monarchie saoudienne a conduit le gouvernement à tenter de le faire taire.

Peu de temps après l'Arabie saoudite a invité les troupes américaines en Arabie Saoudite, Ben Laden a tourné son attention aux attaques contre l'Occident. Le 8 Novembre 1990, le FBI fait irruption au domicile du New Jersey d'El Sayyid Nosair, un associé d'Al-Qaïda, Ali Mohamed, découvrir de nombreuses preuves de complots terroristes, y compris les plans de faire sauter des gratte-ciel de New York City. Il s'agissait de la première découverte de plans d'al-Qaïda en dehors de countries.Nosair musulmane a finalement été condamné dans le cadre de l'attentat de 1993 contre le World Trade Center, et plus tard reconnu sa culpabilité pour l'assassiner du rabbin Meir Kahane, à New York le 5 Novembre, 1990.

Ben Laden a continué à parler publiquement contre le gouvernement saoudien pour avoir hébergé des troupes américaines, pour lesquelles les Saoudiens banni. Il est allé vivre en exil au Soudan, en 1992, dans un accord négocié par Ali Mohamed.

Oussama et SOUDAN
Au Soudan, Ben Laden a créé un nouvelle base pour les opérations de moudjahidine à Khartoum. Il a acheté une maison sur Al-Mashtal Street dans le quartier Al-Riyadh riches et d'une retraite à Soba sur le Blue Nile.During son temps dans le pays qu'il lourdement investi dans l'infrastructure et dans l'agriculture et les entreprises. Il a poursuivi ses agressions verbales sur le roi Fahd d'Arabie Saoudite, et en réponse, le 5 Mars 1994, Fahd a envoyé un émissaire au Soudan exigeants passeport de Ben Laden. Sa famille était persuadé de lui couper les $ 7,000,000 une allocation année. A présent, ben Laden était fortement associée à Jihad islamique égyptien (JIE), qui constituaient le noyau d'Al-Qaïda. En 1995, le JIE a tenté d'assassiner le président égyptien Hosni Moubarak. La tentative a échoué, et le JIE a été expulsé du Soudan.

En raison de ses relations dans le djihad et la défense des extrémistes violents, Oussama ben Laden a perdu sa nationalité saoudienne en 1994 et a été désavoué par sa famille milliardaire.

Soudan a également entamé des efforts pour expulser Ben Laden. Le 9 / 11 Commission Report Etats:

Dans la fin de 1995, lorsque Ben Laden était encore au Soudan, le Département d'Etat et de la Central Intelligence Agency (CIA) a appris que les responsables soudanais ont été discuter avec le gouvernement saoudien la possibilité d'expulser Ben Laden. CIA paramilitaires agent Billy Waugh traqué Ben Laden au Soudan et a préparé une opération pour l'arrêter, mais s'est vu refuser l'autorisation. L'ambassadeur américain Timothy Carney a encouragé le gouvernement soudanais à poursuivre dans cette voie. Les Saoudiens, cependant, ne voulait pas Ben Laden, en donnant comme raison de leur révocation de sa citoyenneté. le ministre soudanais de la défense, Fatih Erwa, a affirmé que le Soudan a offert à la main sur Ben Laden aux États-Unis. La Commission n'a trouvé aucune preuve crédible que ce fut ainsi. Ambassadeur Carney avait des instructions qu'à pousser le gouvernement soudanais d'expulser Ben Laden. Ambassadeur Carney avait aucune base juridique pour demander plus de la soudanais depuis, à l'époque, il n'y avait pas d'accusation en suspens.
Le 9 / 11 Commission rapport indique par ailleurs:

En Février 1996, les responsables soudanais a commencé à approcher des fonctionnaires des États-Unis et d'autres gouvernements, en demandant ce que les actions de leur pourrait alléger la pression étrangère. Dans des réunions secrètes avec des responsables saoudiens, soudanais d'expulser offert Ben Laden en Arabie saoudite et a demandé aux Saoudiens de lui pardonner. Les responsables américains ont pris conscience de ces discussions secrètes, certainement par Mars. Les autorités saoudiennes voulait apparemment Bin Laden expulsé du Soudan. Ils avaient déjà révoqué sa citoyenneté, cependant, et ne tolérerait pas sa présence dans leur pays. Aussi Ben Laden peut ne pas avoir sentait plus en sécurité au Soudan, où il avait déjà échappé à au moins une tentative d'assassinat qu'il croyait avoir été l'œuvre des régimes d'Egypte ou l'Arabie, ou les deux.

En mai 1996, sous la pression croissante sur le Soudan, l'Arabie saoudite, l'Égypte et les États-Unis, Ben Laden retourna à Jalalabad, en Afghanistan à bord d'un vol affrété, et il a forgé une relation étroite avec le mollah Mohammed Omar. Lorsque Ben Laden a quitté le Soudan, lui et son organisation ont été considérablement affaiblis, en dépit de ses ambitions et compétences organisationnelles. En Afghanistan, Ben Laden et Al-Qaïda a recueilli des fonds de «donateurs de l'époque de l'Union soviétique jihad", et de la pakistanaise Inter-Services Intelligence (ISI) pour établir des camps de formation pour les combattants moudjahidin.

Ben Laden avait effectivement détourné Ariana Afghan Airlines, qui transportait des militants islamistes, d'armes, de trésorerie et de l'opium par les Émirats arabes unis et le Pakistan ainsi que fourni de fausses identifications aux membres du réseau terroriste de Ben Laden. Viktor Bout aidé à gérer la compagnie aérienne, les avions et le maintien de chargement de la cargaison. Michael Scheuer, directeur de la CIA unité Ben Laden, a conclu que Ariana a été utilisé comme un "service de taxi terroristes".

Il est estimé que l'attentat premier impliquant ben Laden a été le bombardement Décembre 29, 1992, de l'Hôtel Gold Mihor à Aden dans laquelle deux personnes ont été tuées.

C'est après cet attentat que al-Qaïda a été signalé à avoir développé sa justification pour le meurtre de personnes innocentes. Selon une fatwa émise par Mamdouh Mahmud Salim, l'assassinat de quelqu'un qui se tient près de l'ennemi est justifiée parce que tout spectateur innocent trouveront leur récompense adéquate dans la mort, va au Paradis (Paradise) s'ils étaient de bons musulmans et Jahannam (l'enfer), si ils étaient mauvais ou non-croyants. La fatwa a été émise à des membres d'Al-Qaïda, mais pas le grand public.

Dans le bac 1990 jihadistes Laden d'al-Qaida a aidé financièrement et parfois militaire en Algérie, l'Egypte et l'Afghanistan. En 1992 ou 1993 Ben Laden a envoyé un émissaire, Qari el-Saïd, avec 40.000 $ en Algérie pour aider les islamistes et nous exhortons la guerre plutôt que la négociation avec le gouvernement. Leurs conseils ont été entendus, mais la guerre qui a suivi a tué 150.000-200.000 Algériens et s'est terminée par la remise au gouvernement islamiste.

Ben Laden a financé le massacre de Louxor du 17 Novembre 1997, qui a tué 62 civils, mais indigné l'opinion publique égyptienne. À la mi-1997, l'Alliance du Nord a menacé de dépassement Jalalabad, causant ben Laden à abandonner son Nazim Jihad composé et déplacer ses activités à Tarnak Farms, dans le sud.

Une autre attaque réussie a été réalisée dans la ville de Mazar-e-Sharif en Afghanistan. Ben Laden a aidé à cimenter son alliance avec les talibans en envoyant plusieurs centaines de combattants arabes en Afghanistan ainsi que pour aider les talibans tuent entre cinq et six mille Hazaras dépassement de la ville.

En Février 1998, Oussama ben Laden et Ayman al-Zawahiri co-signé une fatwa au nom du Front islamique mondial pour le Jihad contre les Juifs et les Croisés, qui a déclaré la mort de Nord-Américains et leurs alliés un «droit individuel pour chaque musulman" à «libérer la mosquée al-Aqsa [à Jérusalem] et la mosquée sainte [la Mecque] de leur emprise". Lors de l'annonce publique de la fatwa bin Laden a annoncé que les Nord-Américains sont "des cibles très faciles". Il a dit aux journalistes présents: «Vous verrez les résultats de ce dans un temps très court."
En Décembre 1998, le Directeur de la Central Intelligence Centre anti-terroriste signalé au Président Bill Clinton, Al-Qaïda préparait des attentats aux États-Unis d'Amérique, y compris la formation du personnel de pirater des avions.

Ben Laden et Al-Zawahiri a organisé un congrès sur al-Qaïda Juin 24, 1998.
Les attentats contre les ambassades américaine de 1998 ont été une série d'attaques qui ont eu lieu sur le 7 août 1998, dans laquelle des centaines de personnes ont été tuées dans les explosions simultanées au camion piégé à l'ambassade des États-Unis dans les grandes villes africaines est de Dar es-Salaam, en Tanzanie et à Nairobi, Kenya. Les attaques étaient liées à des membres locaux du Djihad islamique égyptien, a Oussama ben Laden et Ayman al-Zawahiri à l'attention du public des États-Unis pour la première fois, et a abouti à la Federal Bureau of Investigation mise ben Laden sur ses dix Most Wanted liste.

À la fin de 2000, Richard Clarke a révélé que des militants islamistes dirigés par Ben Laden avait prévu une triple attaque le 3 Janvier 2000, qui aurait inclus les attentats en Jordanie de l'Hôtel Radisson SAS à Amman et les touristes au Mont Nebo et un site sur la Jourdain, le naufrage du destroyer USS Sullivans Le Yémen, ainsi que d'une attaque contre une cible dans les États-Unis. Le plan a été déjoué par l'arrestation de la cellule terroriste jordanien, le naufrage du canot rempli d'explosifs destinés à cibler le destructeur, et l'arrestation d'Ahmed Ressam

Attentats du 11 septembre
Après dénégations répétées, en 2004, Oussama ben Laden a revendiqué la responsabilité pour le Septembre 11, 2001, attentats contre les États-Unis. Les attaques en cause le détournement de quatre avions commerciaux de passagers, la destruction ultérieure de ces plans et le World Trade Center à New York City, New York, de graves dommages au Pentagone, à Arlington, en Virginie, et la mort de 2.974 personnes et les pirates de l'air dix-neuf . En réponse aux attaques, aux États-Unis a lancé une guerre contre le terrorisme pour renverser le régime taliban en Afghanistan et la capture d'Al-Qaïda, et plusieurs pays ont renforcé leur législation anti-terrorisme pour empêcher de futures attaques. La CIA Activités spéciales Division a reçu le chef de file dans la traque et de tuer ou de capturer Ben Laden.

Le Federal Bureau of Investigation a déclaré que les preuves classées reliant Al-Qaïda et Ben Laden aux attentats du 11 Septembre est claire et irrefutable.The gouvernement britannique a tiré une conclusion similaire concernant Al-Qaïda et Oussama ben Laden culpabilité pour le 11 Septembre, 2001 , les attaques, bien que le gouvernement prend note du rapport que la preuve présentée ne suffit pas nécessairement pour un cas de poursuites judiciaires.

Ben Laden d'abord nié toute implication dans les attentats. Le 16 Septembre 2001, ben Laden a lu une déclaration diffusée par la suite par le canal du Qatar Al-Jazira satellite nier la responsabilité de l'attaque.
Dans une cassette vidéo récupérée par les forces américaines en Novembre 2001 à Jalalabad, Oussama ben Laden a été vu discutant l'attaque avec Khaled al-Harbi d'une manière qui indique bande foreknowledge.he a été diffusé sur les réseaux des différentes nouvelles sur Décembre 13, 2001. Le bien-fondé de cette traduction ont été contestés. Arabistes Dr. Abdel El Husseini M. a déclaré: «Cette traduction est très problématique Aux endroits les plus importants où il est détenu à prouver la culpabilité de Ben Laden, il n'est pas identique à l'arabe.."

En 2004 Oussama ben Laden vidéo, ben Laden a abandonné son refus sans rétracter déclarations passées. Il y a déclaré qu'il avait personnellement dirigé les pirates de l'air dix-neuf. Dans la bande de 18 minutes, diffusée sur Al-Jazeera, quatre jours avant l'élection présidentielle américaine, Ben Laden accusé le président américain George W. Bush de négligence sur le détournement des avions le Septembre 11.

Selon les bandes, ben Laden a affirmé qu'il a été inspiré pour détruire le World Trade Center après avoir vu la destruction des tours au Liban par Israël pendant la guerre du Liban en 1982.

Dans deux autres bandes diffusée par Al Jazeera en 2006, Oussama ben Laden annonce,
Je suis le responsable des frères dix-neuf [...] J'ai été responsable de confier les frères dix-neuf [...] avec les raids [5 bande sonore minutes diffusé le 23 mai 2006],

et est considérée avec Ramzi bin al-Shibh, ainsi que deux des 11/09 pirates de l'air, Hamza al-Ghamdi et Wail al-Shehri, comme ils se préparer pour les attaques (vidéo diffusée Septembre 7, 2006

Le 16 Mars 1998, la Libye a émis le mandat d'arrêt d'Interpol première langue officielle contre Ben Laden et trois autres personnes. Ils ont été inculpés pour avoir tué deux ressortissants allemands en Libye le 10 Mars 1994, dont l'un est supposé avoir été un officier allemand de contre-espionnage. Ben Laden était toujours recherché par le gouvernement libyen au moment de son Laden death.Osama bin a été inculpé une première fois par les États-Unis le 8 Juin 1998, quand un grand jury inculpé Oussama ben Laden sur des accusations de meurtre cinq Américains et deux Indiens l'attentat au camion piégé Novembre 14, 1995, d'un centre exploité aux États-Unis Arabie national de formation de la Garde à Riyad.
Ben Laden a été accusé de «complot pour attaquer les services publics de la défense des Etats-Unis" et les procureurs de plus accusé que Ben Laden est le chef de l'organisation terroriste appelée al-Qaida, et qu'il était un des principaux soutiens financiers de combattants islamiques à travers le monde. Ben Laden a nié toute implication, mais a salué l'attaque. Le 4 Novembre 1998, Oussama ben Laden a été inculpé par un grand jury fédéral dans la United States District Court pour le District Sud de New York, sur des accusations de Assassiner des ressortissants américains en dehors des États-Unis, complot en vue de Assassiner des États-Unis ressortissants en dehors de Etats-Unis États, et les attaques sur une installation en résultant fédérale mort pour son rôle présumé dans les attentats de l'ambassade des États-Unis 1998 au Kenya et en Tanzanie. La plupart Les éléments de preuve contre Ben Laden comprend le témoignage salle d'audience par des membres d'Al-Qaïda et les anciens relevés de téléphone satellite, d'un téléphone acheté pour lui par al-Qaïda d'achat agent Ziyad Khaleel dans le Laden Unis States.Bin est devenu le 456e cotée sur le FBI Dix Wanted Fugitives liste, quand il a été ajouté à la liste de Juin 7 1999, suite à son acte d'accusation ainsi que d'autres pour les crimes capitaux dans les attentats de 1998 contre l'ambassade. Les tentatives d'assassinat et de demandes d'extradition de Ben Laden par les talibans d'Afghanistan ont été soldées par un échec avant le bombardement de l'Afghanistan en Octobre 2001.In 1999, le président américain Bill Clinton a convaincu les Nations Unies d'imposer des sanctions contre l'Afghanistan dans une tentative de forcer les talibans à l'extrader.

Des années plus tard, le 10 Octobre 2001, ben Laden est apparu aussi bien sur la liste initiale du supérieur 22 terroristes les plus recherchés du FBI, qui a été rendu public par le Président des États-Unis George W. Bush, en réponse directe à la attentats du 9 / 11, mais qui a de nouveau été fondée sur l'acte d'accusation pour l'attaque 1998 l'ambassade. Ben Laden était parmi un groupe de treize terroristes en fuite recherché pour que cette dernière liste pour être interrogé sur les attentats de 1998 l'ambassade. Ben Laden reste le fugitif ne jamais être inscrits sur les listes du FBI à la fois fugitive.

Malgré les accusations multiples énumérées ci-dessus et des demandes multiples, les talibans ont refusé d'extrader Oussama Ben Laden. Il a fallu attendre après le bombardement de l'Afghanistan a commencé en Octobre 2001, que les talibans a finalement offrir à livrer Oussama ben Laden vers un pays tiers pour le procès, en retour, aux États-Unis se terminant le bombardement et fournissant la preuve que Oussama ben Laden a participé à la 9 / 11 attaques. Cette offre a été rejetée par le président Bush déclarant que ce n'était plus négociable avec Bush de répondre "il n'y a pas besoin de discuter de l'innocence ou la culpabilité. Nous savons qu'il est coupable."
OSAMA et Clinton
Capture d'Oussama ben Laden avait été un objectif du gouvernement des États-Unis depuis la présidence de Bill Clinton. Peu de temps après le 11-Septembre il a été révélé que le président Clinton avait signé une directive autorisant la CIA (et plus particulièrement leur élite Special Activities Division) d'appréhender ben Laden et de l'amener aux États-Unis à subir son procès après les attentats de l'ambassade des États-Unis 1998 en Afrique; si la prise de Ben Laden en vie a été considérée comme impossible, alors la force meurtrière a été autorisé. Le 20 août 1998, 66 missiles de croisière lancés par les navires de la marine américaine dans la mer d'Oman frappé bin Laden camps d'entraînement près de Khost en Afghanistan, le manquant de quelques heures. En 1999, la CIA, ainsi que le renseignement militaire pakistanais, avait préparé une équipe d'environ 60 commandos pakistanais à s'infiltrer en Afghanistan pour capturer ou tuer Ben Laden, mais le plan a été interrompu par le coup d'Etat pakistanais 1999; en 2000, des agents étrangers qui travaillent au nom de la CIA avait tiré une roquette anti-char sur un convoi de véhicules dans lequel Ben Laden était en voyage à travers les montagnes de l'Afghanistan, touchant l'un des véhicules, mais pas celui dans lequel Ben Laden se trouvait.

En 2000, avant le 11-Septembre, Paul Bremer caractérisé l'administration Clinton comme étant "correctement centré sur ben Laden", tandis que Robert Oakley a critiqué leur «obsession avec Oussama
Oussama et BUSH
Immédiatement après la 9 / 11 attaques, des représentants du gouvernement américain du nom de Ben Laden et l'organisation al-Qaïda comme les principaux suspects et offert une récompense de 25 millions de dollars pour toute information menant à sa capture ou la mort. Le 13 Juillet 2007, ce chiffre a été doublé à 50 millions de dollars. Le Airline Pilots Association et l'Association du transport aérien offert un supplément de 2 millions de dollars de récompense.
Selon le Washington Post, le gouvernement américain a conclu que Oussama ben Laden était présent lors de la bataille de Tora Bora, en Afghanistan à la fin de 2001, et selon des responsables civils et militaires ayant des connaissances de première main, non-respect par les États-Unis de s'engager suffisamment Etats-Unis troupes au sol à la chasse a conduit à sa fuite et a été le plus grave échec par les États-Unis dans la guerre contre al-Qaïda. Les responsables du renseignement ont assemblé ce qu'ils croient être une preuve décisive, de la communication contemporaine et après les interrogatoires et interceptées, que Ben Laden a commencé la bataille de Tora Bora à l'intérieur du complexe de grottes le long de la frontière orientale de l'Afghanistan montagneuses.

Le Washington Post a également indiqué que l'unité de la CIA, composée de leurs opérations de forces spéciales paramilitaires dédiée à la capture de Ben Laden a été arrêté à la fin 2005. Bush avait déjà défendu cette mise à l'échelle de retour de l'effort à plusieurs reprises, en disant: «Je ne sais pas où Ben Laden est. Je n'ai aucune idée et vraiment pas de soins. Il n'est pas si important. Ce n'est pas notre priorité."

Les forces américaines ont attaqué l'Afghanistan et les cavernes des montagnes de Tora Bora entre 14 au 16 août 2007. L'armée a été appelée sur la zone après avoir reçu l'intelligence d'une réunion pré-Ramadan détenues par des membres d'Al-Qaïda. Après des dizaines mort d'al-Qaïda et les talibans, ils n'ont pas trouvé soit Oussama ben Laden ou Ayman al-Zawahiri
Oussama et OBAMA
Sur Octobre 7, 2008, dans le deuxième débat présidentiel, sur la politique étrangère, alors candidat à la présidentielle Barack Obama a promis: «Nous tuerons Ben Laden. Nous allons écraser Al-Qaïda. Cela doit être notre plus grande priorité de sécurité nationale." Après avoir été élu, alors président-élu Barack Obama a exprimé son intention de «renouveler l'engagement des États-Unis à la recherche d'al-Qaïda, Oussama ben Laden, selon ses conseillers à la sécurité nationale» dans un effort pour monter la chasse aux terroristes. Le président Obama a rejeté la politique de l'administration Bush sur Ben Laden que "confondu toutes les menaces de terrorisme d'al-Qaida au Hamas au Hezbollah», à remplacer par «avec une secrète, l'accent laserlike sur al-Qaïda et ses frayer."
Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a déclaré en Décembre 2009 que les fonctionnaires n'avaient pas eu d'informations fiables sur le sort de ben Laden depuis des années. Une semaine plus tard, le général Stanley McChrystal, commandant des forces américaines en Afghanistan a déclaré en Décembre 2009 que al-Qaïda ne sera pas vaincu à moins que son chef, Oussama ben Laden, est capturé ou tué. Témoignant devant le Congrès américain, il a dit ben Laden est devenu un "figure emblématique, dont la survie enhardit al-Qaïda comme une organisation de franchise à travers le monde", et que le déploiement d'Obama de 30.000 soldats supplémentaires en Afghanistan signifie que le succès serait possible. "Je ne pense pas que nous puissions enfin vaincre Al-Qaïda jusqu'à ce qu'il soit capturé ou tué", a déclaré McChrystal de Ben Laden. «Tuer ou capturer ben Laden serait pas la fin d'Al-Qaïda, mais le mouvement n'a pas pu être éradiquée, alors qu'il est resté dans son ensemble."

En avril 2011, le président Obama a ordonné une opération secrète de tuer ou de capturer Ben Laden. Le 1 mai 2011, la Maison-Blanche a annoncé que la US Navy SEALs avait effectué, le tuant dans son Abbottabad, composé du Pakistan

Peu de temps après la attentats du 11 Septembre 2001, le président George W. Bush a déclaré qu'il espérait maintenant "tuer ou capturer" ben Laden. Par la suite, ben Laden se retira loin de contact avec le public pour éviter la capture. Depuis ce temps, de nombreux rapports de presse ont été émis spéculative sur ses allées et venues, voire la mort. Pendant ce temps, Al-Qaïda continue de sortir des vidéos sensibles au facteur temps et professionnellement vérifié démontrer survie de Ben Laden aussi récemment qu'en août 2007. Plus récemment, l'armée américaine du général Stanley A. McChrystal a souligné l'importance continue de la capture ou la mort de Ben Laden, ce qui indiquerait clairement que le haut commandement des États-Unis a continué de croire que ben Laden était probablement encore en vie. Certains des rapports contradictoires concernant ses allées et venues à la fois continue et revendications précédentes trompé sur sa mort ont été les suivantes:

De nombreuses plaintes quant à la localisation d'Oussama ben Laden ont été faites dans le sillage de 9 / 11, mais aucun n'a jamais été définitivement établie et certains placés ben Laden dans différents endroits au cours de périodes qui se chevauchent. Après les offensives militaires en Afghanistan dans le sillage de 9 / 11 n'a pas pour découvrir où il se trouvait, le Pakistan a été régulièrement identifié comme sa cachette présumée.

Une lettre Décembre 11 mai 2005, de Atiyah Abd al-Rahman Abu Musab al-Zarqawi indique que Ben Laden et les dirigeants d'Al-Qaïda ont été établis dans la région du Waziristan du Pakistan à l'époque. Dans la lettre, traduite par le Centre de l'armée des États-Unis de lutte contre le terrorisme de West Point, "Atiyah" charge Zarqaoui à "envoyer des messagers à partir de votre fin au Waziristan afin qu'ils répondent avec les frères de la direction [...] Je suis maintenant sur une visite à eux et je vous écris cette lettre que je suis avec eux ... " Al-Rahman indique également que ben Laden et al-Qaïda sont "faibles" et "ont beaucoup de leurs propres problèmes." La lettre a été jugé authentique par les responsables militaires et de lutte contre le terrorisme, selon le Washington Post.
En 2009, une équipe de recherche dirigée par Thomas W. Gillespie et John A. Agnew de UCLA utilisé assistés par satellite analyse géographique d'identifier trois composés à Parachinar que hideouts.In susceptibles de Ben Laden Mars 2009, le New York Daily Nouvelles a indiqué que la chasse pour ben Laden avait centré dans le district de Chitral au Pakistan, y compris la vallée de Kalam. Selon le rapport, l'auteur Rohan Gunaratna Etats qui a capturé les chefs d'Al-Qaïda ont confirmé que Chitral est où Ben Laden se cache.
Dans la première semaine de Décembre 2009, un détenu taliban au Pakistan a dit qu'il avait des informations que Ben Laden était en Afghanistan en 2009. Le détenu a dit que en Janvier ou Février (2009), il a rencontré un contact de confiance qui avait vu Ben Laden à propos de 15 à 20 jours plus tôt en Afghanistan. Cependant, le 6 Décembre 2009. Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a déclaré que les États-Unis n'avait pas d'informations fiables sur le sort de ben Laden depuis des années. Le Premier ministre pakistanais Gilani a rejeté les allégations selon laquelle Oussama Ben Laden se cachait au Pakistan.

Le 2 Février 2010, un fonctionnaire anonyme du ministère saoudien des Affaires étrangères a déclaré que le royaume n'avait pas l'intention de s'impliquer dans la paix en Afghanistan que si les talibans couper les liens avec les extrémistes et d'expulser Oussama ben Laden.This condition a été annoncé que le président afghan Karzai est arrivé dans le royaume pour une visite officielle, pour une discussion du rôle possible d'Arabie Saoudite à son plan de réintégrer les talibans.

Le 7 Juin 2010, le koweïtien Al Siyassa a indiqué que ben Laden se cachait dans la ville montagneuse de Savzevar, dans le nord est de l'Iran. Le journal en ligne australien a publié la demande le 9 Juin.

Le 18 Octobre 2010, un fonctionnaire anonyme de l'OTAN a suggéré que Ben Laden était "vivant et bien vivant confortablement» au Pakistan, protégés par des éléments des services de renseignement du pays. Un haut responsable pakistanais a nié les allégations et a déclaré que les accusations ont été conçus pour faire pression sur le gouvernement pakistanais en avant des entretiens visant à renforcer les liens entre le Pakistan et les États-Unis.

Localisation avant sa mort
En avril 2011, les prises de renseignements divers ont été en mesure d'identifier bin Laden endroit suspect près de Abbottabad, au Pakistan. Départ, on croyait que ben Laden se cachait près de la frontière entre l'Afghanistan et du Pakistan zones tribales sous administration fédérale, [159] mais il a été trouvé 100 miles (160 km) dans une maison de trois étages à Abbottabad à 34 ° 10'9 0.63 "N 73 ° 14'33 .33" E. maison de Ben Laden a été localisé au sud-ouest 0.8 miles (1,3 km) de l'Académie militaire du Pakistan (Pakistan "West Point"). Sur cartes de Google Earth montrent que le composé n'est pas présent en 2001, mais était présent sur les images prises en 2005.

La mort de Ben Laden

Le 29 avril 2011, le président américain Barack Obama a autorisé un raid américain militaire, baptisée «Opération Neptune Spear". En fin de soirée le 1 mai 2011, (HAE), le président a annoncé que Ben Laden avait été tué dans l'opération. Deux équipes de 12 US Navy SEALs du Naval Special Warfare Group pour le développement (SEAL Team Six), sous le commandement du Commandement des opérations spéciales interarmées et de travailler avec la CIA, ont pris d'assaut bin Laden composé en deux hélicoptères. L'un des hélicoptères a connu un état de vortex à l'approche résultant dans un pâturage du rotor de queue avec le mur du composé. L'avion endommagé a été "dur atterri" permettre à la mission de continuer, mais il a dû être détruits sur place pour protéger les secrets de la technologie. forces de secours ont été immédiatement disponibles, et un autre hélicoptère a été amené à récupérer les commandos et les contenus pertinents. Tous les combinés, un total de 79 commandos et un chien (on pense avoir une formation de détection des explosifs) ont été impliqués dans le raid.
Abou Ahmed al-koweïtienne, courrier de Ben Laden, ont ouvert le feu sur les sceaux de l'auberge avec un fusil d'assaut AK-47 où lui et sa femme ont été tués dans l'incendie retourné. Un deuxième groupe de SEALs entré dans la maison principale où ils ont été confrontés par le frère al-koweïtienne qui avait les mains derrière le dos. Il a été abattu par les phoques, qui craignaient qu'il pourrait avoir une arme, avant d'avoir pu atteindre une arme qui a été trouvé gisant à proximité. Ben Laden, le fils désarmés 22-ans, se précipita vers les scellés sur l'escalier et a également été tué.
Le complexe où Ben Laden a été tué et qui prennent la forme de la Palestine historique carte.

Ben Laden a été abattu dans sa tête et la poitrine et tué après il se retira dans sa chambre. Un fonctionnaire a déclaré: «il ne tient pas ses mains et de remise», et son recul dans la pièce a été considérée comme un acte hostile. Il y avait deux armes près de lui, y compris un fusil d'assaut AK-47 et un Russe-fait 9 mm pistolet semi-automatique Makarov, mais il a été abattu avant d'avoir pu atteindre son AK-47 en fonction de son épouse Amal. Nouvelles de la mort de Ben Laden a été annoncé de la scène avec la phrase de code "Geronimo E-KIA" (ennemi - tué au combat) La Maison-Blanche, en haut des États-Unis contre le terrorisme officiel de John Brennan, et d'autres responsables américains ont déclaré les scellés ont été préparés. pour capturer Ben Laden s'il avait cédé, mais un fonctionnaire anonyme américain a déclaré la mission SEALs a été de ne pas prendre Ben Laden en vie. Dans son message télévisé Obama a déclaré que les forces américaines "ont pris soin d'éviter les pertes civiles". L'attaque a été menée à l'insu du gouvernement pakistanais.

Le raid entier, y compris les balayages de renseignement du composé, a été achevée en moins de 40 minutes. Son corps a été prise et les caractéristiques biométriques de reconnaissance faciale tests ont été effectués. La suite des tests génétiques appuyé l'identification préliminaire. Le 6 mai 2011, al-Qaïda a confirmé que ben Laden était mort. Ils ont également promis qu'il continuerait d'attaquer les États-Unis et ses alliés.

Quatre années de surveillance du courrier de Ben Laden a conduit à l'intelligence qui a fait le raid possible. Le courrier était propriétaire du composé. White House Press Secrétaire Jay Carney a dit que la femme de Ben Laden s'était précipité les commandos d'invasion et a été blessé à la jambe, mais n'a pas été tué. Ben Laden fille de 12 ans, qui a été rapporté avoir été témoin de son père étant tiré, a été blessé à la jambe par un morceau de débris. The Guardian a signalé: «Elle était réconfortant cinquième épouse du père, Amal Ahmed al-Sadah, 29 ans, qui a été abattu dans le mollet par des commandos qu'ils fermé sur Ben Laden." Amal et huit enfants de Ben Laden ont été arrêtés pakistanaises à la suite du raid. Bin Laden disposait d'une trésorerie s'élevant à 500 euros et deux numéros de téléphone cousu dans ses vêtements quand il a été tué. Amal a dit interrogateurs qu'elle n'avait pas quitté les lieux dans les cinq ans qu'elle y vivait avec Ben Laden.

Dans les 24 heures de sa mort, le corps de Ben Laden a été transporté à la porte-avions USS Carl Vinson pour les rites de finale et l'immersion. Un responsable américain a déclaré, "trouver un pays disposé à accepter le reste du monde terroriste le plus recherché aurait été difficile." MSNBC a rapporté, "Il y avait aussi des spéculations sur un site que vous inquiétez pas grave aurait pu devenir un point de ralliement pour les militants." Sa mort a suscité des protestations de centaines de personnes dans la ville de Quetta, dans le sud-ouest du Pakistan, qui ont brûlé des drapeaux américains et rendu hommage au défunt dirigeant d'Al-Qaïda.

Après la mort de Ben Laden, le département d'Etat américain a publié une «mise en garde à travers le monde" pour les Américains, et les installations diplomatiques américaines partout dans le monde ont été placés en état d'alerte élevé, un haut responsable américain a dit. Les foules se sont rassemblées devant la Maison Blanche, à New York à Times Square, ainsi que le World Trade Center, le site des attentats du 11 Septembre, pour célébrer la mort bin Laden. Chittral Nouvelles, un site de nouvelles pakistanaise, a affirmé que certaines personnes ont été consternés que le Pakistan a perdu sa souveraineté

On a reproché l'armée pakistanaise et l'établissement de la sécurité de la protection de ben Laden. Par exemple, Mosharraf Zaidi, un éditorialiste du Pakistan, a déclaré: "Il semble improbable que profondément Ben Laden pourrait avoir été où il a été tué à l'insu de certaines parties de l'Etat pakistanais." Toutefois, le président pakistanais Asif Ali Zardari a nié que la sécurité de son pays à l'abri des forces bin Laden, et a appelé tout soutien supposé à ben Laden par le gouvernement pakistanais "spéculations sans fondement".

On a supposé que la question pourrait encore tendre les relations des États-Unis avec le Pakistan. Ben Laden a été tué dans ce que certains suggèrent était sa résidence pendant cinq ans. Il a été un composé cher situé à moins d'un mile de la version du Pakistan de West Point, probablement construit pour lui et à moins de 100 km "de la capitale.

bureau des affaires étrangères du gouvernement pakistanais ont publié une déclaration que "dément catégoriquement" les rapports par les médias que les dirigeants du pays, "civile et militaire, avait une connaissance préalable de l'opération américaine contre Oussama ben Laden".

Pakistan États-Unis envoyé, ambassadeur Husain Haqqani, promet une "enquête approfondie" sur la façon dont les services de renseignement pakistanais a échoué à trouver Ben Laden dans une enceinte fortifiée, à seulement quelques heures de route d'Islamabad, et a déclaré que «de toute évidence ben Laden avait un système de soutien , la question est est ce système de soutien au sein du gouvernement et de l'État du Pakistan ou au sein de la société du Pakistan "?

NOM
Il n'ya pas de norme universellement acceptée pour la translittération des mots arabes et les noms de l'arabe en anglais, le nom de Ben Laden est le plus souvent rendus "Oussama ben Laden". Le FBI et la Central Intelligence Agency (CIA), ainsi que d'autres organismes gouvernementaux américains, ont utilisé soit "Oussama ben Laden" ou "Oussama ben Laden", qui peuvent tous deux être abrégé par "Oussama ben Laden". rendus moins fréquents, citons "Ussamah Ben Laden» et, dans les médias de langue française, «ben Laden Oussama". Autres orthographes sont «Ben Laden» ou, tel qu'il est utilisé par sa famille dans l'Ouest, "Ben Laden". La décapitalisation du bac est basée sur la convention de quitter prépositions et des articles uncapitalized de noms de famille, mais bin signifie "fils de" et n'est pas à proprement parler une préposition ou un article. Les fautes d'orthographe avec o et e viens d'une prononciation persan influencé également utilisé en Afghanistan, où Ben Laden a passé de nombreuses années.

le nom complet d'Oussama ben Laden, Oussama ben Mohammed ben Awad Ben Laden, signifie «Osama, fils de Mohammed, fils d'Awad, fils de Ben Laden". «Mohammed» renvoie à Ben Laden père Mohammed bin Laden; Awad »fait référence à son grand-père, Awad bin Aboud Ben Laden, un membre de la tribu Kindite Hadhrami;" Laden "ne se réfère pas à Ben Laden arrière grand-père, qui a été nommé Aboud, mais à un ancêtre plus lointain.
La convention linguistique arabe serait de se référer à lui comme «Oussama» ou «Oussama ben Laden", pas "Ben Laden" seul, comme "Ben Laden" est un patronyme, pas un nom de famille de la manière occidentale. Selon Ben Laden, le fils d'Omar ben Laden, prénom héréditaire de la famille est "al-Qahtani" (en arabe: القحطاني, Al-Qahtani), mais Ben Laden père Mohammed bin Laden n'a jamais été officiellement enregistré le nom.

Oussama ben Laden a également assumé la kunyah «Abou Abdallah ʿ» («père d'Abdallah"). Ses admirateurs ont fait référence à lui par plusieurs surnoms, dont le "Prince" ou "Emir" (الالمجاهد, al-Amir), le "Cheikh" (الشيخ, comme-Sayh), le "djihadiste Shiek» ou «Cheikh al-Mujahid »(شيخ المجاهد, Sayh al-Muǧāhid),« Hajj »(حج, Ḥaǧǧ), et le« directeur ». Le mot Usamah ʾ (أسامة) signifie «lion», qui lui a valu les surnoms de «Lion» et «Lion Sheik"